Pourquoi Bombardier a hâte à lundi

Le projet d'expansion de l'aéroport Billy-Bishop émane de... (Photo Brent Lewin, Archives Bloomberg)

Agrandir

Le projet d'expansion de l'aéroport Billy-Bishop émane de Porter Airlines. La société utilise à l'heure actuelle 26 appareils Q400 de Bombardier, mais s'intéresse à la CSeries de Bombardier.

Photo Brent Lewin, Archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Torontois iront aux urnes lundi pour élire un nouveau maire. Ces élections pourraient avoir une très grande importance pour Bombardier. Pourquoi?

Les candidats

Trois principaux candidats se font la lutte pour la mairie de la capitale ontarienne, soit John Tory, Doug Ford et Olivia Chow.

Selon le dernier sondage de la firme Forum Research, Mme Chow, la veuve de l'ancien chef néo-démocrate Jack Layton se trouve en 3e position avec 25% des intentions de vote. Doug Ford, qui a pris la relève de son frère Rob Ford, souffrant d'un cancer, recueille 29% des intentions de vote. L'ancien chef du Parti progressiste-conservateur ontarien John Tory est en tête avec 43% des intentions de vote.

L'enjeu pour les citoyens

L'expansion de l'aéroport Billy-Bishop, dans l'île de Toronto, est un enjeu important pour une partie de la population torontoise, notamment dans les quartiers qui bordent le lac Ontario.

L'allongement des pistes d'atterrissage et la modification à un accord tripartite entre la ville de Toronto, le gouvernement fédéral et l'Autorité portuaire de Toronto permettraient l'utilisation de Billy-Bishop par des avions à réaction. À l'heure actuelle, seuls les appareils turbopropulsés peuvent atterrir à cet aéroport.

Les riverains craignent une recrudescence du bruit et des embouteillages dans le quartier.

La position des candidats

Olivia Chow s'est opposée au projet d'expansion. Doug Ford, comme son frère Rob, est en faveur.

John Tory n'a pas encore pris position, affirmant qu'il attendait d'avoir plus d'information.

Le fils de M. Tory est président d'une petite société aérienne régionale, Private Air, qui a un bureau à Billy-Bishop, et a fait du lobbying en faveur du projet. Olivia Chow a demandé à John Tory de déclarer un conflit d'intérêts.

Selon l'organisation NoJetsTo, 85 des 358 candidats à un poste de conseillers se sont déclarés contre le projet et seulement 18 se sont dit en faveur.

L'enjeu pour Porter Airlines

Le projet d'expansion de l'aéroport Billy-Bishop émane de Porter Airlines. La société, fondée par Robert Deluce, utilise à l'heure actuelle 26 appareils Q400, un avion turbopropulsé de Bombardier, pour desservir près d'une vingtaine de destinations à l'est du Canada et des États-Unis. En avril 2013, Robert Deluce a annoncé un projet qui permettrait à Porter Airlines d'établir des liaisons avec Vancouver, Edmonton, Calgary, Los Angeles et la Floride grâce à l'utilisation d'un avion à réaction, la CSeries de Bombardier.

L'enjeu pour Bombardier

Porter Airlines a signé une entente d'achat conditionnelle portant sur 30 appareils CS100, soit 12 commandes fermes et 18 options. La valeur de la commande, assortie de droits d'achat sur six Q400, atteindrait 2,29 milliards US au prix courant des appareils.

Comme il s'agit d'une entente conditionnelle, elle ne figure pas encore au carnet de commandes de Bombardier. Celui-ci compte 243 appareils, soit 63 CS100 et 180 CS300. Bombardier s'est engagée à avoir 300 commandes fermes lors de l'entrée en service de l'appareil, prévue pour la deuxième partie de 2015.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer