Farnborough: Bombardier minimise l'absence de la CSeries

Le salon aéronautique de Farnborough, dans le sud... (Photo Kieran Doherty, Reuters)

Agrandir

Le salon aéronautique de Farnborough, dans le sud de l'Angleterre, s'ouvre officiellement ce matin.

Photo Kieran Doherty, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Farnborough) Bombardier (T.BBD.B) a voulu minimiser l'impact de l'absence de la CSeries au salon aéronautique de Farnborough.

Depuis le 29 mai dernier, la nouvelle famille d'appareils de 110 à 145 places de Bombardier est clouée au sol à la suite de l'explosion d'un moteur lors d'un essai au sol du CS100, le plus petit membre de la famille.

Le salon de Farnborough, qui s'ouvre officiellement ce matin en banlieue de Londres, aurait été l'occasion idéale de présenter la CSeries au monde entier. Bombardier a rapidement dû changer de stratégie.

Le grand patron de Bombardier avions commerciaux, Mike Arcamone, a toutefois réussi à trouver un élément positif à la situation.

«Ça nous a donné la possibilité de faire plus que ce que nous avions envisagé de faire à Farnborough si nous avions eu l'avion», a-t-il affirmé hier lors d'une entrevue avec La Presse Affaires à Londres.

Invitation à Mirabel

Bombardier a ainsi décidé de faire venir à Mirabel tous les clients de la CSeries, ainsi que des clients potentiels, pour leur montrer l'appareil et les installations.

«Ils ont pu voir plusieurs appareils et non pas un seul, ils ont pu voir le CS300 [le plus gros membre de la famille], ils ont pu voir la première unité de production, a énuméré M. Arcamone. Ils ont pu emmener leur équipe technique. À Farnborough, même si j'avais eu l'avion, ç'aurait été 30 minutes top, puis au prochain client. À Mirabel, nous avons pu passer jusqu'à trois jours avec les équipes techniques.»

M. Arcamone n'a pas voulu donner de détails sur le processus de réparation et de modification du moteur défectueux, rappelant qu'il s'agissait de la responsabilité du motoriste, Pratt&Whitney.

«Pratt&Whitney fait la modification basée sur l'événement de la fin mai et fait présentement la validation de cette modification», a-t-il simplement déclaré.

Il a soutenu que Bombardier ne restait pas les bras croisés et poursuivait divers essais dans ses installations de Mirabel, notamment pour valider chaque nouvelle version de logiciels.

«L'intensité chez nous n'a pas changé, a-t-il déclaré. Nous pensons que dans les semaines à venir, nous devrions être capables de reprendre les vols.»

M. Arcamone estime que l'entrée en service aura lieu tel que prévu à la deuxième moitié de 2015 (avant une série de délais, on parlait de la fin de 2013).

«Je pense que ç'a eu un impact minime sur notre programme», a-t-il soutenu.

Bombardier commencera le salon de Farnborough sur un bon pied après avoir annoncé, samedi, la signature de deux lettres d'entente avec la société de crédit bail britannique Falko Regional Aircrafts pour un maximum de 24 appareils CS100.

M. Arcamone a laissé entendre hier que d'autres annonces pourraient suivre cette semaine.

Un autre absent, le F-35

Le chasseur F-35 est l'autre grand absent du salon aéronautique de Farnborough. L'appareil de Lockheed Martin devait effectuer son entrée officielle sur la scène internationale à l'occasion de l'événement. Malheureusement, un des moteurs de l'appareil, également conçu par Pratt&Whitney, a pris feu le 23 juin dernier. Après avoir pris connaissance du rapport préliminaire sur l'incident, le département américain de la Défense a cloué tous les F-35 au sol.

Déjà, le chasseur fait face à d'intenses critiques en raison de ses coûts de développement, qui avoisinent les 400 milliards de dollars US.

Le sort du F-35 est important pour le Canada. Le gouvernement fédéral a d'ailleurs opté pour le chasseur de Lockheed Martin pour remplacer ses CF-18 vieillissants, avant de lancer un nouveau processus de remplacement. Le Rafale de Dassault, le F-18 de Boeing et l'Eurofighter Typhoon sont maintenant en compétition avec le F-35 pour remporter le contrat.

Du côté de l'aviation commerciale, tous les regards sont tournés du côté d'Airbus, qui pourrait annoncer une nouvelle version, remotorisée, de l'A330.

203 commandes fermes, dont:

63 pour le CS100 (110 places) et 140 pour le CS300 (135 places)

Objectif: 300 commandes fermes pour l'entrée en service, à la deuxième moitié de 2015

Principaux clients:

Republic Airways, États-Unis, 40 appareils

Ilyushin Finance, Russie, 32 appareils

Lufthansa, Allemagne, 30 appareils




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer