Bombardier accusé d'avoir participé à un cartel au Brésil

La déclaration publiée mardi précise que les compagnies... (Photo Susana Gonzalez, Archives Bloomberg)

Agrandir

La déclaration publiée mardi précise que les compagnies étaient impliquées dans des mécanismes de fixation des prix, et que celles qui remportaient les appels d'offres faisaient ensuite appel aux candidats défaits pour fournir des services.

Photo Susana Gonzalez, Archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
SAO PAULO, Brésil

Des procureurs brésiliens ont porté des accusations contre 30 dirigeants de 12 entreprises qui auraient formé un cartel afin de faire gonfler les prix de la construction et de la maintenance de systèmes de métro et de train à Sao Paulo.

Selon les relations médias du bureau du procureur de l'État de Sao Paulo, des dirigeants de Bombardier, Siemens (Allemagne), CAF (Espagne), Mitsui (Japon), Alstom (France) et Hyundai Rotem font partie des accusés.

La déclaration publiée mardi précise que les compagnies étaient impliquées dans des mécanismes de fixation des prix, et que celles qui remportaient les appels d'offres faisaient ensuite appel aux candidats défaits pour fournir des services.

Cinq contrats signés entre 1998 et 2008 font l'objet d'une enquête.

Des juges doivent maintenant décider s'il y a matière à procès.

La semaine dernière, Bombardier avait déjà réagi à l'annonce, par le gouvernement brésilien, d'une procédure judiciaire liée à cette affaire de présumée collusion.

Dans un communiqué, la compagnie québécoise soutenait qu'elle coopérait avec les autorités locales, «respectait les normes d'éthique les plus élevées», et disait croire que l'ensemble de ses employés au Brésil «avaient toujours agi conformément aux lois et à son code d'éthique».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer