É.-U.: record d'annulations chez les transporteurs aériens

Le personnel de l'aéroport de Newark au New... (PHOTO KIICHIRO SATO, AP)

Agrandir

Le personnel de l'aéroport de Newark au New Jersey dégageant la neige accumulée sur les pistes, le 3 février.

PHOTO KIICHIRO SATO, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
NEW YORK

Les compagnies aériennes et les voyageurs connaissent un dur hiver aux États-Unis. Les précipitations de neige et de verglas ont entraîné un nombre d'annulations jamais enregistré en plus d'un quart de siècle, selon une analyse effectuée par l'agence Associated Press.

Les transporteurs aériens américains ont en effet annulé plus de 75 000 vols intérieurs depuis le 1er décembre, dont environ 14 000 cette semaine.

Cela représente 5,5 % du 1,35 million de vols réguliers prévus au cours de cette période, selon les calculs de l'AP réalisés à partir d'informations fournies par le site internet de suivi de vols FlightAware.

Ce pourcentage est le plus élevé depuis au moins l'hiver 1987-1988, quand le ministère des Transports a commencé à recueillir des données sur les annulations.

Jeudi, plus de 70 % des vols ont été annulés à Baltimore, Philadelphie, Washington et Charlotte en raison d'une tempête de neige qui a paralysé la plupart du trafic aérien le long de la côte Est.

Les tempêtes de verglas cet hiver ont également causé des maux de tête dans des villes normalement chaudes comme Atlanta, Dallas et Houston.

Mais Dame Nature n'est pas la seule à blâmer.

Des mesures de réduction de coûts et de nouvelles réglementations gouvernementales ont contribué à l'annulation de vols. Les compagnies aériennes ont réduit les vols non rentables et entassent plus de passagers dans les avions.

Cela crée un cauchemar pour les passagers dont les vols ont été annulés en raison d'une tempête.

D'autres avions sont trop pleins pour accueillir les voyageurs bloqués qui doivent donc attendre des jours pour obtenir un siège.

Et les compagnies aériennes annulent les vols plus rapidement, parfois un jour avant une tempête.

Ce changement de stratégie fait suite à de nouvelles règles gouvernementales.

Depuis mai 2010, il est interdit de garder des passagers sur le tarmac pendant trois heures ou plus.

Ainsi, les compagnies aériennes choisissent maintenant d'annuler des vols pour éviter des amendes potentielles allant jusqu'à 27 500 $ US par passager.

De plus, le gouvernement a mis en oeuvre en janvier une nouvelle règle concernant l'augmentation de la période de repos dont les pilotes ont besoin.

Cela fait qu'il est plus difficile d'exploiter un horaire irrégulier, tels que ceux observés après une tempête.

Au fil des ans, les transporteurs ont aussi appris à attendre que les choses reviennent à la normale pour protéger leur équipement et pour épargner du carburant.

Voler au cours d'une tempête hivernale nécessite également du dégivrage, un processus qui prend du temps et coûte de l'argent aux compagnies aériennes.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer