Bombardier Aéronautique se serre la ceinture

Sylvain Larocque
La Presse

(Montréal) Dur début d'année pour Bombardier Aéronautique (T.BBD.B). Après avoir reporté d'un an l'entrée en service de la CSeries, la semaine dernière, l'avionneur québécois a annoncé hier le licenciement de 1700 salariés, la majorité dans la région de Montréal.

«Nous avons pris la décision difficile de réduire nos effectifs dans le but d'assurer notre succès à long terme», a déclaré une porte-parole de Bombardier Aéronautique, Haley Dunne.

Environ 1100 employés seront remerciés au Canada et 600 à Wichita, au Kansas, où Bombardier construit les avions d'affaires Learjet. Environ 300 de ces licenciements ont été effectués le mois dernier, dont une quarantaine chez des machinistes travaillant dans la région de Montréal. Outre les syndiqués, des cadres et des employés contractuels sont touchés par l'annonce.

Selon le principal syndicat des travailleurs québécois de Bombardier Aéronautique, qui compte près de 5000 membres dans les usines de Mirabel, de Dorval et de l'arrondissement de Saint-Laurent, de 150 à 250 machinistes seront mis à pied d'ici le mois de mai. Ce sont tous des salariés ayant le statut de temporaire.

«Ce n'est pas drôle. Il faut faire face à la musique: il y a du ralentissement dans les programmes d'avions, donc c'était un peu prévisible. Mais je pense que c'est très temporaire», a affirmé à La Presse Affaires Yvon Paiement, président de la section locale 712 de l'Association internationale des machinistes et des travailleurs de l'aérospatiale du Canada.

L'an dernier, les commandes de Bombardier Aéronautique ont reculé de façon notable. Elles ont porté sur 388 avions, comparativement à 481 en 2012. La chute a été particulièrement prononcée dans le créneau des avions régionaux (CRJ et Q400), où l'avionneur n'a reçu des commandes que pour 47 appareils, comparativement à 123 en 2012. Encore une fois, Bombardier s'est fait damer le pion par ses concurrents Embraer et ATR dans ce segment.

Les CRJ sont construits à Mirabel et les Q400, à Toronto. Même s'il voyait que les commandes étaient en baisse, le président du syndicat des employés de la Ville reine, Roland Kiehne, s'est dit surpris par l'annonce d'hier. «Nos membres sont à la fois nerveux et en colère», a-t-il confié. Bombardier n'a pas encore communiqué au syndicat combien d'employés seront mis à pied à Toronto.

Ingénieurs, vendeurs, employés de soutien

En plus des travailleurs d'usine, Bombardier licenciera des ingénieurs ainsi que des employés affectés aux ventes, au service après-vente et à des fonctions de soutien, a indiqué Mme Dunne.

Au cours des dernières années, Bombardier a embauché plusieurs centaines d'ingénieurs dans la région de Montréal pour assurer le développement de la CSeries, sa nouvelle gamme d'avion de 110 à 145 places. Or, le développement est passablement avancé, le premier vol d'un appareil CSeries ayant eu lieu en septembre dernier. L'entreprise a besoin de moins d'ingénieurs pendant que les essais se poursuivent.

«Il n'est pas vraiment justifié de retenir les services d'ingénieurs en mécanique, étant donné que les problèmes [de la CSeries] concernent l'intégration des logiciels», a écrit dans une note l'analyste Walter Spracklin, de RBC Marchés des capitaux.

Situation financière difficile

C'est d'autant plus vrai que Bombardier se trouve dans une situation financière difficile. Le report de l'entrée en service de la CSeries occasionnera pour l'entreprise une facture additionnelle estimée à 500 millions US par les analystes. Les coûts de développement du nouvel avion pourraient donc passer de 3,4 à 3,9 milliards US. À cela s'ajoutent les investissements dans les autres programmes d'avions, notamment la somme de plus de 1 milliard US que Bombardier consacrera au développement de deux nouveaux jets d'affaires de la famille Global.

Les salariés licenciés pourront poser leur candidature pour les quelque 300 postes actuellement vacants chez Bombardier Aéronautique, «si leur profil concorde» avec les exigences de ces emplois, a précisé Haley Dunne.

Les derniers licenciements massifs de Bombardier Aéronautique remontaient à 2009 et 2010. L'avionneur avait alors licencié plus de 5000 salariés dans le monde, dont 2450 dans la région de Montréal.

«On venait de rattraper la totalité de ces pertes d'emplois l'année dernière», a noté Suzanne Benoît, PDG d'Aéro Montréal. À la fin de 2013, on comptait près de 43 000 emplois dans l'industrie aérospatiale de la région, comparativement à 40 000 à la fin de 2009.

«Ça fait partie des hauts et des bas de l'industrie», a ajouté Mme Benoît, rappelant qu'Aerolia, une filiale d'Airbus, est en train de créer 180 emplois avec une nouvelle usine à Mirabel.

Il faudra voir si le coup de frein donné par Bombardier aura des contrecoups chez ses nombreux fournisseurs québécois. «Il pourrait y avoir un impact, mais on ne peut rien confirmer pour l'instant», a commenté Jean-Yves Filion, président du syndicat des machinistes de Pratt&Whitney Canada (P&WC). On compte actuellement une cinquantaine de travailleurs syndiqués à la nouvelle usine de P&WC à Mirabel, où seront fabriqués les moteurs de la CSeries.

Québec offre son appui

Le ministre des Finances et de l'Économie, Nicolas Marceau, a indiqué que le gouvernement allait soutenir les travailleurs licenciés par l'entremise de programmes d'aide à la recherche d'emploi. Il a affirmé qu'il fallait «demeurer positif», soulignant que lorsque la pleine cadence de production sera atteinte, la CSeries devrait faire travailler 3500 personnes au Québec.

---------------

QUÉBEC OFFRE SON APPUI

Le ministre des Finances et de l'Économie, Nicolas Marceau, a indiqué que le gouvernement allait soutenir les travailleurs licenciés par l'entremise de programmes d'aide à la recherche d'emploi. Il a affirmé qu'il fallait «demeurer positif », soulignant que lorsque la pleine cadence de production sera atteinte, la CSeries devrait faire travailler 3500 personnes au Québec.

---------------

BOMBARDIER EN CHIFFRES (EN $ US)

Aéronautique /Transport (rail) /Total

Chiffre d'affaires (année 2012) 8,6 milliards/ 8,1 milliards/ 16,8 milliards

Bénéfice d'exploitation (2012) 405 millions/ 290 million/s 695 millions

Carnet de commandes (au 30 sept. 2013) 32,9 milliards/ 32,6 milliards/ 65,5 milliards

Employés 37 150/ 36 000 /73 150

Répartition géographique des employés de Bombardier Aéronautique

> Québec 17 740

> Ontario 4460

> États-Unis 5700

> Mexique 2400

> Irlande du Nord 6850




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer