Vente de Juste pour rire: la balle est dans le camp de Québecor

Au terme de négociations jusque tard dans la nuit de vendredi à hier, le Groupe... (PHOTO SIMON GIROUX, archives LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO SIMON GIROUX, archives LA PRESSE

Au terme de négociations jusque tard dans la nuit de vendredi à hier, le Groupe Juste pour rire est arrivé à une entente avec le groupe américain ICM Partners.

Cette agence d'artistes établie à New York, à Los Angeles et à Londres mettrait donc la main sur l'entreprise fondée en 1983 par Gilbert Rozon, à moins que Québecor n'égale l'offre d'ICM au cours des prochains jours. 

Ce droit de premier refus vient d'une entente conclue en 2012 entre Gilbert Rozon et Pierre Karl Péladeau. Québecor dispose maintenant d'une période de 12 jours pour l'exercer.

Québecor avait tenté sans succès d'acheter Juste pour rire à la fin de l'année 2017. Les sommes en jeu sont demeurées confidentielles, mais à n'en pas douter, l'offre déposée ce week-end par ICM est plus élevée. 

Présidente et directrice générale du Groupe Juste pour rire, Guylaine Lalonde a affirmé hier que les négociations avec ICM s'étaient bien déroulées et que la balle était dans le camp de Québecor, qui n'a pas réagi à l'annonce, hier.

Fondée en 1975, ICM Partners se décrit comme l'une des plus importantes agences artistiques du monde. Elle compte des clients dans le monde du cinéma, de la télévision, de la littérature, de la musique et du théâtre, entre autres. Selon son site web, elle a notamment travaillé sur des projets avec des humoristes comme Jerry Seinfeld, Jay Leno, Chris Rock et Jon Stewart.

Mme Lalonde a assuré que peu importe qui remporterait l'enchère, les emplois et le siège social montréalais de Juste pour rire seraient sauvés - un critère fondamental dans les négociations, qui a primé celui de la provenance de l'acheteur.

« On n'est pas dans les questionnements à savoir si on préfère un acheteur québécois ou étranger. Ce qu'on voulait, c'est assurer la pérennité de l'entreprise et sauver des jobs. »

En décembre dernier, le Groupe Juste pour rire a fait une offre initiale à Québecor, en vertu de leur entente de partenariat signée en 2012. Les deux parties ne sont pas parvenues à s'entendre, et Québecor a poursuivi Juste pour rire. Dans un jugement rendu il y a deux semaines, la Cour supérieure a refusé d'accorder l'injonction demandée par Québecor, mais elle a aussi conclu que Juste pour rire ne pouvait pas accepter une offre d'un tiers dont le prix de vente serait inférieur à l'offre présentée à Québecor en décembre.

NOMBREUX GROUPES INTÉRESSÉS

Peu importe l'identité finale de l'acquéreur, celui-ci héritera du groupe Juste pour rire en entier, soit les volets français et anglais du célèbre festival.

Le processus de vente du Groupe Juste pour rire a commencé en octobre après qu'eurent fait surface les allégations d'agressions et de harcèlement sexuels à l'endroit de son fondateur et propriétaire Gilbert Rozon. La transaction fera en sorte que ce dernier ne détiendra plus aucun intérêt dans l'entreprise qu'il a fondée en 1983.

Au total, sept groupes avaient manifesté leur intérêt pour mettre la main sur le Groupe Juste pour rire. Depuis quelques semaines, seulement deux d'entre eux étaient toujours dans la course, soit ICM Partners et Katz Group, dirigé par le milliardaire albertain Daryl Katz.

Deux autres entreprises américaines, la multinationale Viacom et l'agence artistique 3 Arts Entertainment, ont aussi manifesté leur intérêt pour Juste pour rire, tout comme le groupe suisse GF Productions.

Au Québec, L'Équipe Spectra, Comédie Ha ! et l'ex-dragon François Lambert se sont aussi manifestés. 

La Presse écrivait la semaine dernière que chez Juste pour rire, on s'interrogeait sur les risques qu'une controverse éclate à la suite d'une vente à des intérêts étrangers. La nouvelle n'a toutefois pas fait grand bruit dans la sphère politique hier.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer