Budget: l'aide au logement pour les démunis insuffisante

Le ministre des Finances a annoncé la construction... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le ministre des Finances a annoncé la construction de 1500 nouveaux logements sociaux dans le cadre du programme Accès Logis, un objectif auquel il prévoit consacrer 126 millions.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Lia Lévesque
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Quelques mesures touchant le logement sont prévues dans le budget Leitao, totalisant 284 millions de dollars, mais, de l'avis des groupes de défense des mal-logés, elles seraient loin d'être suffisantes pour combler les besoins.

Entre autres mesures, le ministre des Finances annonce la construction de 1500 nouveaux logements sociaux dans le cadre du programme Accès Logis, un objectif auquel il prévoit consacrer 126 millions.

Accès Logis permet à des coopératives d'habitation, à des organismes sans but lucratif et des offices d'habitation de réaliser des logements communautaires destinés aux gens qui ont des difficultés à se loger.

Mais, selon le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), le milieu s'attendait à un minimum de 3000 logements par année.

«Au cours des derniers budgets, c'était 3000 logements sociaux qu'on annonçait. Au cours de quatre des six derniers budgets, c'était 3000 logements sociaux par année. On n'en a jamais annoncé moins que 2000 par année. Donc, il y a vraiment là un recul qui est net» avec 1500 logements sociaux, a confié en entrevue le coordonnateur du FRAPRU, François Saillant.

Selon les tableaux fournis avec le budget, une première tranche de 71 millions est projetée pour l'exercice 2019-2020 et la tranche restante de 55 millions l'est pour les «autres années». D'autres logements sont évidemment en cours de réalisation, ayant déjà été autorisés dans le passé.

D'ailleurs, le ministre Carlos Leitao parle d'«optimiser les sommes disponibles» afin que 1000 familles additionnelles puissent avoir ainsi accès à un logement abordable dès 2015-2016.

En plus de cette somme réservée au logement social, une somme de 123 millions sera consacrée au Supplément au loyer. Ce supplément vise à aider des locataires peu favorisés à avoir accès à un logement qu'ils ne pourraient se payer, mais dans le marché de location privé, non dans des HLM, par exemple. Ce sont ainsi 5800 unités qui seront rendues accessibles aux ménages à faible revenu dans le marché privé.

C'est ce qui fait dire au FRAPRU qu'on assiste à une «privatisation partielle de l'aide au logement», puisqu'il y a une sorte de transfert du logement social - HLM, OSBL et coopératives d'habitation - vers le marché privé de location de logements.

«Contrairement au logement social, le supplément au loyer privé ne permet pas la construction de logements, alors qu'il manque toujours de grands logements familiaux dans plusieurs coins du Québec, il n'améliore pas la qualité des habitations, il ne permet pas de revitaliser des milieux de vie et, surtout, il ne sort aucun logement de la logique du profit», a opiné M. Saillant.

Une somme de 35 millions est également prévue pour l'adaptation des domiciles pour les ménages à faible revenu.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer