Les fournisseurs de BIXI poursuivent Montréal

Les créanciers soutiennent que les assurances de la... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE)

Agrandir

Les créanciers soutiennent que les assurances de la Ville ont su les convaincre de maintenir leurs relations d'affaires avec BIXI malgré les fréquents retards de paiement.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

Après les menaces en mai, Cycles Devinci et cinq autres fournisseurs de BIXI sont passés aux actes et poursuivent maintenant la Ville de Montréal pour 4,2 millions de dollars.

Ils considèrent que la Ville est responsable des pertes qu'ils ont subies dans la faillite de la Société de vélo en libre-service (SVLS), qui exploitait BIXI, parce que la Ville n'a pas donné suite à ses assurances contenues dans une «lettre de confort» signée le 23 avril 2013 par directeur général de la Ville de Montréal à l'époque, Robert Lamontagne.

Dans cette lettre, la Ville se disait convaincue que la SVLS continuerait de respecter ses engagements comme elle l'avait fait depuis le début de ses activités.

Notre appel chez Devinci, à Saguenay, n'a pas eu de suite. Le patron, Félix Gauthier, était absent du bureau hier.

Chez les avocats McCarthy Tétrault, qui représentent les fournisseurs ayant les plus faibles réclamations, Me Olivier Coche a précisé que les requêtes n'avaient pas encore été signifiées à la Ville de Montréal.

Les créanciers soutiennent que les assurances de la Ville ont su les convaincre de maintenir leurs relations d'affaires avec BIXI malgré les fréquents retards de paiement et les problèmes connus du logiciel d'exploitation, qui minaient le déploiement de BIXI à l'étranger.

L'avenir allait montrer que les fournisseurs avaient eu tort de se fier à cette lettre. Le 15 janvier 2014, la Ville a exercé ses garanties contre les éléments d'actif de la SVLS. Celle-ci a finalement fait une cession de biens le 1er mai.

Les avocats des fournisseurs entendent maintenant convaincre les tribunaux que la SVLS dépendait totalement de la Ville de Montréal. Ils font valoir notamment que le degré de contrôle était tel que, de 2010 à 2013, la Ville a intégré à ses états financiers consolidés les chiffres de la SVLS à titre d'organisme contrôlé par la Ville.

Liste des poursuivants et sommes réclamées

> Cycles Devinci: 1 288 006 $

> CMP Advanced Mechanical Solutions (terminaux de paiement): 1 674 829 $

> Groupe Poitras (enseignes solaires et non solaires): 446 836 $

> Série-Act Peintures (peinture): 212 383 $

> C.I.F. Métal (pièces d'aluminium): 307 275 $

> Industries Fournier (pavés techniques): 306 427 $




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer