Les croupiers intensifient la pression aux casinos de Montréal et Lac-Leamy

Les croupiers, qui sont sans contrat de travail... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Les croupiers, qui sont sans contrat de travail depuis le mois de mars 2013, ont décidé d'intensifier les moyens de pression et ne feront plus d'heures supplémentaires.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Certains joueurs pourraient avoir du mal à faire leurs jeux aux casinos de Montréal et de Lac-Leamy.

Les croupiers, qui sont sans contrat de travail depuis le mois de mars 2013, ont décidé d'intensifier les moyens de pression et ne feront plus d'heures supplémentaires, du comblement ou du devancement d'horaires à Montréal à compter de ce mercredi et de jeudi dans l'Outaouais.

De plus, les travailleurs occasionnels n'accepteront plus de se faire imposer des quarts de travail.

Les croupiers revendiquent une table commune et une négociation intensive et sérieuse.

Les moyens de pression officiels avaient débuté sur une note humoristique, samedi, lorsque les croupiers avaient tenu un concours intitulé «Les bottines doivent suivre les babines» et pour lequel ils avaient chaussé des souliers loufoques pendant 24 heures.

Les 750 croupiers du Casino de Montréal ont voté pour des moyens de pression allant jusqu'à la grève le 28 mai dernier, alors que les 350 croupiers du Casino de Lac-Leamy ont pris le même vote le 10 juin.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer