Le Casino de Montréal rate ses cibles

Après trois trimestres en 2013-2014, les revenus globaux... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Après trois trimestres en 2013-2014, les revenus globaux de la maison de jeu montréalaise s'élèvent à 373 millions de dollars, un écart négatif de 50 millions par rapport à la cible de 423 millions.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
André Dubuc
André Dubuc
La Presse

En retard sur ses prévisions de revenus et de bénéfice, le Casino de Montréal prévoit réduire les heures de travail de ses employés à partir du 1er avril.

Après trois trimestres en 2013-2014, les revenus globaux de la maison de jeu montréalaise s'élèvent à 373 millions de dollars, un écart négatif de 50 millions par rapport à la cible de 423 millions.

La situation est tout aussi défavorable du côté du bénéfice d'exploitation: l'établissement réalise un profit de 148 millions après neuf mois, comparativement à un bénéfice projeté de 190 millions.

Porte-parole de la Société des casinos du Québec, Patrick Howe n'a pas voulu confirmer nos chiffres. Selon lui, le réaménagement des horaires est nécessaire, car les clients dépensent moins, en dépit du fait que la clientèle est à la hausse de près de 22% en rythme annuel depuis la fin des rénovations de 300 millions au casino, le 21 novembre 2013.

En réaction, la Société des casinos a communiqué aux syndiqués ses objectifs de réduction des heures pour les établissements de Montréal et de Lac-Leamy, en Outaouais.

123 postes abolis selon la CSN

La CSN parle d'une compression de 123 postes au casino de l'île de Notre-Dame pour une réduction de 75 000 heures.

«On n'est pas prêt à confirmer un nombre de postes qu'on abolit. On est en discussion avec les syndiqués», s'est contenté de répondre M. Howe.

Selon une correspondance écrite destinée aux employés en provenance de l'exécutif syndical, le casino abolit 26 postes à temps plein au service des caisses et 26 postes aux machines à sous. Dans chacun des deux services, au moins 10 des 26 postes à temps plein abolis seront convertis en postes à temps partiel.

«Les gens touchés ont souvent plus de 19 ans d'ancienneté au casino», a déploré une employée à qui nous avons pu parler. La dame ne veut pas être identifiée.

Les employés à temps plein sont entrés au casino au cours des premières années d'existence de la maison de jeu. Les employés arrivés plus récemment travaillent plus souvent à temps partiel, a soutenu cette employée.

Deux postes à temps plein au vestiaire seront remplacés par deux postes à temps partiel.

Dans un communiqué publié hier, le Syndicat des employés de la Société des casinos du Québec - unité générale (CSN) a soutenu que le syndicat des croupiers, affilié à la FTQ, perdait pour sa part 41 postes réguliers à Montréal.

La direction du Casino de Montréal doit maintenant souhaiter que l'arrivée de Gregory Charles, qui y débarque à la fin de mars avec son spectacle Vintage Experience, change la donne pour le mieux.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer