Pubs du Super Bowl: Bell ira en appel

Un des géants des télécommunications au pays a décidé de porter en appel la... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
OTTAWA

Un des géants des télécommunications au pays a décidé de porter en appel la décision du CRTC d'interdire la «substitution simultanée» de publicités canadiennes pendant le match du Super Bowl.

Bell Media (T.BCE) a déposé une requête à la Cour d'appel fédérale dans l'espoir de faire renverser la décision rendue le 29 janvier dernier par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), qui permettrait aux téléspectateurs canadiens de voir les publicités américaines pendant la grande finale du football de la NFL.

Le conglomérat soutient que le régulateur fédéral fait erreur en ciblant ainsi les publicités du Super Bowl, alors que le CRTC admet lui-même que la substitution simultanée est importante pour le secteur canadien de la télédiffusion.

La substitution simultanée de publicités canadiennes à celles des États-Unis lors des matchs du Super Bowl a longtemps été critiquée par de nombreux téléspectateurs, qui veulent voir en direct ce «festival du film publicitaire américain». Bell Media et d'autres diffuseurs soutiennent de leur côté qu'ils ont besoin des revenus publicitaires canadiens pour pouvoir défrayer les droits de diffusion au pays de cette grand-messe sportive américaine.

Le CRTC a aussi interdit la substitution simultanée pour des chaînes spécialisées, ce qui touchera les retransmissions en direct d'autres événements sportifs.

L'organisme fédéral a par ailleurs prévenu qu'il sévira si des diffuseurs commettent des erreurs d'aiguillage au cours de la substitution - privant parfois les téléspectateurs d'un jeu important à cause d'une publicité décalée de quelques secondes.

BCE, propriétaire de Bell Media, a fait appel le mois dernier d'une autre décision du CRTC, qui ordonne à Bell Mobilité et Vidéotron de cesser d'accorder à leurs services de télévision mobile, Bell Mobile TV et illico.tv, un avantage jugé déloyal sur le marché. Ces entreprises ont exempté leur service de télévision mobile de la limite d'utilisation mensuelle de données, alors qu'ils prenaient en compte le contenu d'autres sites web et applications.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer