Zone euro: le ralentissement de la croissance se confirme

L'essoufflement de la croissance observé au cours de... (Photo AP)

Agrandir

L'essoufflement de la croissance observé au cours de la dernière période d'enquête fait surgir le risque d'un nouveau ralentissement au quatrième trimestre.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Bruxelles

La croissance de l'activité privée a légèrement ralenti dans la zone euro en septembre, ce qui fait craindre un essoufflement de la croissance au dernier trimestre, indique lundi le cabinet Markit qui publie l'indice PMI.

Le PMI composite dans l'ensemble de la région s'est établi à 53,6 contre 54,3 en août, selon une estimation finale de Markit. Lorsque le PMI est supérieur à 50 points, cela signifie que l'activité progresse, tandis qu'elle se replie s'il est inférieur à ce seuil.

La première estimation du PMI, publiée le 23 septembre, donnait l'indice légèrement au-dessus, à 53,9 pour septembre.

«Cette décélération de la hausse de l'activité en septembre freine la croissance trimestrielle qui, au lieu de s'accélérer, reste stable par rapport au pic de quatre ans enregistré au deuxième trimestre», relève le cabinet Markit.

Sur la base de cet indice, la croissance devrait atteindre 0,4% au troisième trimestre dans la zone euro, a précisé son économiste en chef Chris Williamson dans le communiqué.

«L'essoufflement de la croissance observé au cours de la dernière période d'enquête fait (...) surgir le risque d'un nouveau ralentissement au quatrième trimestre, tendance qui, à son tour, pourrait inciter la Banque centrale européenne à poursuivre et accélérer ses mesures d'assouplissement quantitatif», a-t-il analysé.

«Cela donne l'impression globale que la croissance du PIB dans la zone euro de trimestre à trimestre reste coincée à environ 0,4%», ont regretté les analystes d'IHS Global Insight dans une note.

«Il est actuellement difficile de voir la zone euro décoller vraiment et il y a un vrai risque que le ralentissement de la croissance dans des marchés émergents, à commencer par la Chine, frappe non seulement les exportations européennes mais ait aussi un impact négatif appréciable sur la confiance des entrepreneurs de la zone euro, ce qui conduirait à une réduction des investissements et des projets de recrutement», ont-ils expliqué.

L'activité continue d'augmenter dans les quatre plus grandes économies de la zone euro ainsi qu'en Irlande. Elle ralentit toutefois dans ce dernier pays, ainsi qu'en Allemagne, en Espagne et en Italie.

Le cabinet pointe des données «positives» en France, où l'indice atteint un plus haut en trois mois, à 51,9 pour septembre.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer