Rouble: la Chine prête à aider la Russie

Plombé par l'effondrement des cours du baril de... (Photo Andrey Rudakov, Archives Bloomberg)

Agrandir

Plombé par l'effondrement des cours du baril de pétrole et les sanctions décrétées par les Occidentaux sur fond de crise ukrainienne, le rouble a dévissé en début de la semaine dernière, avant de remonter: un choc monétaire qui ébranle l'économie et le système financier du pays.

Photo Andrey Rudakov, Archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Pékin

La Chine «portera assistance à la Russie si besoin est», a affirmé le ministre des Affaires étrangères Wang Yi, dans des propos publiés lundi, après que Pékin a assuré qu'un accord bilatéral d'échanges de devises n'était pas remis en cause par la chute du rouble.

«Si la Russie en a besoin, nous apporterons l'assistance nécessaire, dans les limites de nos possibilités», a souligné samedi M. Wang Yi, dans des déclarations rapportées lundi par le journal d'État China Daily.

Plombé par l'effondrement des cours du baril de pétrole et les sanctions décrétées par les Occidentaux sur fond de crise ukrainienne, le rouble a dévissé en début de la semaine dernière, avant de remonter: un choc monétaire qui ébranle l'économie et le système financier du pays.

«La Russie a la capacité et la sagesse suffisantes pour surmonter les difficultés présentes de sa conjoncture économique», a également estimé le chef de la diplomatie chinoise.

Deux jours auparavant, M. Qin Gang, porte-parole au ministère, avait de son côté assuré que les accords d'échange de devise et de coopération énergétique entre Pékin et Moscou «n'étaient pas affectés» par le récent plongeon du rouble.

Il avait souligné, à l'occasion d'un point presse régulier, que l'accord de «swap» conclu en octobre entre les banques centrales des deux pays --d'une durée de trois ans et portant sur 150 milliards de yuans (20 milliards d'euros)-- «prenait en compte les fluctuations des cours» et que la Chine n'en pâtirait donc pas.

Pékin, soucieux de promouvoir l'usage du renminbi (autre nom du yuan) hors de Chine, multiplie ces accords d'échanges de devises --conclus avec un peu moins de trente banques centrales jusqu'à présent--.

Qin Gang s'était par ailleurs dit «confiant quant aux perspectives de développement des coopérations commerciales et économiques entre les deux pays».

Lors d'un voyage du Premier ministre chinois Li Keqiang à Moscou, Russie et Chine avaient conclu une trentaine d'accords, notamment dans les domaines du pétrole, de la téléphonie mobile ou de la construction de chemins de fer.

Avait également été signé à cette occasion un accord intergouvernemental, condition obligatoire pour l'entrée en vigueur d'un contrat conclu en mai entre les deux pays, après dix ans de difficiles négociations, sur les livraisons --pour la première fois-- de gaz russe à la Chine.

Ce méga-contrat est estimé à 400 milliards de dollars sur 30 ans et prévoit des livraisons de 38 milliards de mètres cubes par an à partir de 2018, via le gazoduc «Force de Sibérie», dont la construction a été lancée début septembre en Iakoutie, en Sibérie Orientale.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer