Mission commerciale en Chine: «ouvrir des portes»

Le premier événement officiel de Philippe Couillard a... (PHOTO JIA RU, Agence France-Presse)

Agrandir

Le premier événement officiel de Philippe Couillard a eu lieu dans le quartier Pudong, de Shanghai, qui cherche à s'inspirer de l'animation qu'on retrouve dans le Quartier des spectacles de Montréal.

PHOTO JIA RU, Agence France-Presse

(SHANGHAi) Le premier ministre Philippe Couillard a amorcé sa visite officielle en Chine en se présentant hier aux 145 participants de la mission commerciale québécoise qui l'accompagnent davantage comme un coéquipier plutôt qu'un capitaine d'expédition. «Mon rôle c'est d'ouvrir des portes», leur a-t-il humblement exposé.

En affichant pareille humilité, Philippe Couillard ne voulait pas projeter une image facile pour réaliser un gain de sympathie rapide.

Le premier ministre sait que pour réaliser des affaires en Chine, dans une économie qui s'ouvre mais qui reste encore extrêmement dirigée, il est primordial que les entreprises qui souhaitent percer soient appuyées dans leurs démarches par les responsables de leur gouvernement.

C'est pourquoi il a dit s'être mis en mode disponibilité à tous les participants québécois de la mission commerciale qu'il a réunis en fin de journée hier pour marquer le lancement de ce périple en Chine.

Plus tôt en après-midi, Philippe Couillard avait participé à son premier événement officiel en assistant à la création en direct d'une oeuvre d'art public réalisée par le collectif montréalais en arts visuels En Masse, dans le quartier Pudong de Shanghai.

Ce volet culturel de la mission qu'il dirige est important aux yeux de Philippe Couillard parce que la culture est «une partie importante de ce que nous sommes», a-t-il dit. À telle enseigne, qu'il va exiger que toutes les prochaines missions commerciales du Québec comportent un volet culturel.

«C'est 5% de notre PIB, c'est 130 000 emplois», a-t-il rajouté dans son discours de lancement de mission.

La délégation québécoise compte d'ailleurs quatre entreprises de l'industrie culturelle, soit le collectif de cirque Les 7 doigts de la main, Cavalia, le Centre culturel Chine-Canada et le Partenariat du quartier des spectacles.

L'animation montréalaise à Shanghai

Le Québec s'est fait une renommée internationale dans le domaine culturel. Outre le Cirque du Soleil ou Cavalia dont le rayonnement est largement connu et documenté, le Quartier des spectacles de Montréal s'impose aussi de plus en plus comme modèle d'utilisation et d'animation d'une place publique à l'échelle mondiale.

Il y a un peu plus d'un mois, Pierre Fortin, directeur général du Partenariat du Quartier des spectacles, a reçu la visite du président du conseil du groupe Schendi de Shanghai, une société d'État qui construit actuellement le Shanghai Disney Resort en partenariat avec le groupe américain Disney.

Ce premier parc à thèmes de la multinationale américaine du divertissement en sol chinois est en élaboration depuis 15 ans. Sauf que maintenant les travaux sont bien amorcés et le projet de plus de 5 milliards de dollars américains ouvrira l'an prochain dans le quartier de Pudong.

Le groupe Schendi qui est propriétaire à 57% de la coentreprise a acquis des lots considérables de terrains pour créer une zone d'animation publique et de lotissement dont les investissements totaliseront 37 milliards de dollars US au cours des prochaines années.

«Le président du groupe Schendi est venu nous rencontrer en septembre et veut reproduire le type d'animation que le Quartier des spectacles offre à Montréal. Ils aiment la façon dont on intègre le multimédia à l'architecture qu'on a créée», m'explique Pierre Fortin.

À la suite de cette visite à Montréal, Pierre Fortin se retrouve aujourd'hui à Shanghai où il accompagnera le premier ministre Philippe Couillard pour rencontrer la haute direction du groupe Schendi.

«Je me retrouve aujourd'hui dans le rôle d'entremetteur alors que je ne connaissais pas l'ampleur du projet qu'a mis en branle le groupe Shanghai. Il faut trouver le moyen de monétiser l'expertise qu'on a développée.

«On travaille depuis le début du projet du Quartier des spectacles de Montréal avec les gens de notre industrie du multimédia, mais là il y a des possibilités incroyables de profiter de notre savoir-faire à l'international», constate Pierre Fortin.

Montréal est classé au sommet du palmarès des 125 quartiers culturels qui sont en «redéveloppement» dans le monde, selon le Global Cultural Districts Network, un organisme qui évalue les résultats des initiatives de revitalisation urbaine dans le monde.

Outre cette rencontre avec le groupe Schendi, le premier ministre Couillard aura des tête-à-tête avec le maire de Shanghai - un personnage très influent en Chine - et la direction de Wisco, un important acteur mondial de l'industrie minière dans le monde.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer