Bonus: le président de la Banque mondiale interpellé par le personnel

À une semaine de son assemblée annuelle, l'institution... (Photo Archives Bloomberg News)

Agrandir

À une semaine de son assemblée annuelle, l'institution de lutte contre la pauvreté doit faire face à d'importants remous liés notamment au versement de primes à certains de ses hauts dirigeants.

Photo Archives Bloomberg News

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

L'association des personnels de la Banque mondiale a exigé une réunion avec le président de l'institution pour exprimer sa «colère» sur le versement de bonus à certains dirigeants, selon un mémo interne obtenu vendredi par l'AFP.

«L'association du personnel a réclamé une réunion publique avec le président (Jim Yong) Kim avant l'assemblée générale de la semaine prochaine afin que les salariés lui expriment leur colère et leur trouble en personne et sans filtre», peut-on lire dans ce message daté de jeudi.

À une semaine de son assemblée annuelle, l'institution de lutte contre la pauvreté doit faire face à d'importants remous liés notamment au versement de primes à certains de ses hauts dirigeants alors qu'elle est par ailleurs engagée dans un vaste plan d'économies.

Aux avant-postes de cette restructuration interne, le directeur financier de la BM, le Français Bertrand Badré, a ainsi reçu 94 000 dollars de bonus pendant l'année fiscale 2014, qui viennent s'ajouter à un salaire net d'impôts annuel de quelque 380 000 dollars.

Répondant à l'appel d'un tract anonyme, près de 200 salariés de la Banque se sont réunis jeudi dans le hall du siège à Washington pour faire part de leur «grande colère» sur ces bonus et dénoncer le «climat de peur de confusion» qui règnerait dans l'institution, révèle l'association dans son courrier.

Soumis à une concurrence accrue des pays émergents, la Banque mondiale a engagé un plan de réorganisation visant à doper ses ressources et à réduire ses dépenses de 400 millions de dollars sur trois ans, sans exclure des suppressions de postes pour y parvenir.

Pour justifier le versement de bonus en pleine cure d'austérité, la Banque a mis en avant le besoin de «d'attirer» et de «retenir» des dirigeants expérimentés.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer