Les pays du G20 pour la participation de Poutine

Le président russe Vladimir Poutine devrait participer au sommet du G20 en... (Photo archives AFP)

Agrandir

Photo archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
CAIRNS

Le président russe Vladimir Poutine devrait participer au sommet du G20 en novembre à Brisbane, conformément au souhait d'un grand nombre de pays de l'organisation, en dépit de la politique de Moscou en Ukraine, a indiqué samedi l'Australie, pays hôte.

La question de l'invitation de l'homme fort de la Russie au sommet de Brisbane, sur la côte est australienne, a été posée en raison du conflit depuis cinq mois en Ukraine qui a fait environ 2900 morts, Moscou étant accusé par les Occidentaux de soutenir les rebelles séparatistes prorusses dans l'est de cette ex-république soviétique.

L'opposition à la présence de M. Poutine à Brisbane s'est accentuée après l'écrasement en juillet de l'avion de ligne de Malaysian Airlines qui a tué ses 298 occupants dans l'est de l'Ukraine, près de la frontière russe. Kiev et les Occidentaux accusent les rebelles prorusses d'avoir abattu l'appareil avec un missile sol-air fourni par la Russie, ce que Moscou dément.

Peu avant l'ouverture samedi de la réunion des ministres des Finances et gouverneurs des Banques centrales du G20 à Cairns, sur la côté est de l'Australie, le Trésorier australien Joe Hockey a indiqué qu'un consensus se dégageait pour la participation de la Russie au sommet des chefs d'État et de gouvernement en novembre à Brisbane.

«Si l'un des participants devait être exclu pour diverses raisons, il faudrait l'accord de tous les participants au G20», a déclaré M. Hockey.

«Nous avons consulté un grand nombre de pays, et le retour a été clair sur le fait que nous nous attendons bien sûr à ce que la Russie participe au G20», a ajouté le Trésorier Hockey, équivalent australien d'un ministre de l'Économie et des Finances.

Il a observé qu'une délégation russe était présente à la rencontre de Cairns.

«Il est également important, comme nous l'ont dit de nombreux pays, que la porte reste toujours ouverte au dialogue pour résoudre certaines tensions géopolitiques impliquant la Russie», a-t-il ajouté.

Le dialogue est «la meilleure manière pour relever les défis auxquels sont confrontés de nombreux pays en raison des agissements de la Russie», a conclu M. Hockey.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer