Les États-Unis, de très loin le premier investisseur en Europe

En 2013, les États-Unis ont été la première... (Photo Archives AP)

Agrandir

En 2013, les États-Unis ont été la première destination des investissements directs étrangers en provenance de l'UE, à hauteur de 159 milliards d'euros.

Photo Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Les États-Unis ont été de très loin le premier investisseur étranger dans l'Union européenne en 2013, avec 313 milliards d'euros, le Brésil se classant deuxième loin derrière avec 21 milliards d'euros, selon des données publiées vendredi par l'office européen de statistiques Eurostat.

Au total, le montant des investissements directs étrangers (IDE) dans l'UE a été de 327 milliards d'euros l'an dernier, et ceux des 28 dans le reste du monde se sont élevés à 341 milliards d'euros.

Pour la seule zone euro, les investissements en provenance de pays tiers ont représenté 299 milliards d'euros, tandis que ceux de l'Union monétaire dans les pays tiers ont atteint 324 milliards.

À l'échelle de l'UE à 28, le troisième investisseur étranger après les États-Unis et le Brésil est la Suisse (18 milliards d'euros), suivie du Japon (10 milliards), de Hong Kong et de la Russie (8 milliards chacun).

Des désinvestissements ont été enregistrés de la part de centres financiers offshore, à hauteur de 41 milliards d'euros. Il s'agit d'un ensemble qui regroupe aussi bien des centres financiers européens comme le Liechtenstein, l'île de Man, les îles Anglo-normandes, Andorre et Gibraltar, que des centres financiers d'Amérique centrale et des Caraïbes comme le Panama, les Bermudes ou les îles Vierges britanniques, ou encore des centres financiers asiatiques comme Bahreïn ou Singapour.

En 2013, les États-Unis ont été la première destination des investissements directs étrangers en provenance de l'UE, à hauteur de 159 milliards d'euros, suivis par les centres financiers offshore (40 milliards d'euros), le Brésil (36 milliards), la Suisse (24 milliards), Hong Kong (10 milliards) et la Chine (8 milliards). Des désinvestissements ont été enregistrés en Russie (-11 milliards) et au Canada (-2 milliards).




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer