La croissance atteint 1,6% au Japon

D'après des données révisées publiées lundi par le... (Photo atchives Associated Press)

Agrandir

D'après des données révisées publiées lundi par le gouvernement japonais, le produit intérieur brut (PIB) de la troisième puissance économique mondiale a augmenté encore plus vite qu'annoncé dans les données préliminaires de la mi-mai, selon lesquelles il avait grimpé de 1,5% par rapport au quatrième trimestre 2013.

Photo atchives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice NOVOTNY
Agence France-Presse
Tokyo

La croissance du Japon a atteint 1,6% au premier trimestre, dopée par de robustes dépenses des ménages avant une hausse de la taxe sur la consommation, mais l'archipel doit désormais surmonter cette onde de choc fiscale.

D'après des données révisées publiées lundi par le gouvernement, le produit intérieur brut (PIB) de la troisième puissance économique mondiale a augmenté encore plus vite qu'annoncé dans les données préliminaires de la mi-mai, selon lesquelles il avait grimpé de 1,5% par rapport au quatrième trimestre 2013.

La consommation des ménages a été encore plus vigoureuse qu'envisagé au départ, progressant de 2,3% entre janvier et mars par rapport à la période d'octobre à décembre.

Les Japonais se sont empressés d'acheter toutes sortes de biens durables (voitures, appareils électroniques et électroménagers) et consommables (articles alimentaires, de toilettes et d'entretien) tant que la taxe sur la consommation n'était que de 5%. Le 1er avril, elle est passée comme prévu à 8%, une décision du gouvernement pour soulager le système de protection sociale et contenir l'envolée de la dette publique.

Principale raison de la révision à la hausse des statistiques préliminaires, les entreprises, encouragées par la frénésie acheteuse, ont encore plus augmenté leurs investissements qu'estimé initialement (+7,6% d'un trimestre sur l'autre, hors immobilier).

La production n'a toutefois pas pu suivre le rythme effréné de la consommation, aussi les stocks ont-ils diminué, et même davantage qu'annoncé initialement.

Les importations ont pour leur part progressé plus vite que les exportations, car la forte demande intérieure a dopé les commandes en provenance de l'étranger, mais la croissance n'en a pas été affectée de façon dramatique.

Les pouvoirs publics ont de leur côté diminué leurs investissements, en raison de l'épuisement des budgets exceptionnels de relance - équivalents à 75 milliards d'euros - votés au début 2013 peu après l'arrivée au pouvoir de Shinzo Abe. Le premier ministre de droite a toutefois fait adopter depuis un nouveau train de mesures - 40 milliards d'euros - pour redynamiser l'économie à partir de ce printemps.

Réformes structurelles attendues au tournant

Malgré ce soutien public, l'archipel ne pourra à coup sûr maintenir ce rythme exceptionnel de croissance, inconnu depuis deux ans. Les dépenses des ménages ont nettement baissé en avril, d'après d'autres chiffres officiels, et l'important réside désormais dans la capacité de l'économie à sortir de ce trou d'air.

«Le PIB va sûrement baisser au deuxième trimestre car les consommateurs vont limiter leurs dépenses après cette hausse» de taxe, estime Marcel Thieliant, chercheur à Capital Economics. Mais il souligne que «les indicateurs sur l'activité des entreprises ont commencé à se redresser en mai, laissant penser que la période difficile ne va pas durer.»

Toujours en mai, la confiance des consommateurs a de surcroît légèrement rebondi, d'après des données distinctes publiées lundi par les autorités. L'indice général de confiance s'est établi à 39,3 points, contre 37,0 points en avril, sa première remontée depuis six mois.

L'état d'esprit reste néanmoins majoritairement pessimiste, car un résultat inférieur à 50 indique que les particuliers qui redoutent une dégradation de l'environnement économique sont plus nombreux que ceux qui entrevoient une amélioration.

Au-delà des soubresauts de la conjoncture, M. Abe s'est engagé à élever le potentiel de croissance du Japon, entravé pendant une quinzaine d'années par une déflation tenace. Outre des budgets de relance, il a poussé la Banque du Japon à assouplir considérablement sa politique monétaire depuis avril 2013.

Le chef du gouvernement est désormais attendu au tournant pour la prochaine étape de ses réformes structurelles, la troisième «flèche» de son programme surnommé «Abenomics», dont la concrétisation tardive commence à susciter des impatiences, y compris chez le gouverneur de la Banque du Japon et au sein du FMI.

D'ici fin juin, M. Abe doit détailler de nouvelles mesures, qui pourraient comprendre une baisse de l'impôt sur les sociétés, des encouragements à l'emploi des femmes et à la natalité, une réforme du marché du travail et une restructuration du secteur agricole.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer