Montréal-Est

Les terrains de Shell sont à vendre

La raffinerie de Shell à Montréal-Est a fonctionné... (Photo Robert Skinner, Archives La Presse)

Agrandir

La raffinerie de Shell à Montréal-Est a fonctionné de mars 1933 au 7 octobre 2010. Ses terrains occupent une superficie de 8 millions de pieds carrés.

Photo Robert Skinner, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
André Dubuc
André Dubuc
La Presse

Moment attendu dans l'est de Montréal, la société pétrolière Shell met en vente l'immense terrain de son ancienne raffinerie.

« C'est une excellente nouvelle pour Montréal-Est, s'est exclamé au téléphone son maire, Robert Coutu. Le but est de redévelopper les terrains, de créer des emplois et d'emmener de la richesse dans l'est de Montréal. »

Avec la mise en valeur des terrains de l'ancienne raffinerie à des fins industrielles et commerciales, M. Coutu espère voir à terme les revenus d'impôt foncier atteindre 7 millions et ainsi dépasser les 5 millions que payait Shell avant la fermeture de sa raffinerie.

Shell a mandaté l'équipe de Lloyd Cooper de l'agence Cushman Wakefield pour trouver un acheteur pour les 8 millions de pieds carrés situés entre l'autoroute 40 et la rue Sherbrooke.

« On a reculé 20 ans sans avoir trouvé une transaction portant sur un terrain à vocation commerciale ou industrielle aussi vaste dans l'île de Montréal. » - Erik Langburt, vice-président et courtier immobilier chez Cushman Wakefield

La firme de courtage a annoncé les terrains à vendre, hier, dans un quotidien torontois. Elle entend faire la promotion de la propriété tant à l'échelle locale qu'internationale. « On l'a mis sur le marché ce matin. On perçoit déjà un très fort intérêt », indique M. Langburt.

L'objectif du courtier est de trouver un acquéreur pour la totalité des 8 millions de pieds carrés, soit un promoteur ou un développeur, local, national ou international.

QUATRE LOTS

Shell a subdivisé son terrain en quatre lots : trois lots en façade de l'autoroute 40, à Anjou et à Montréal-Est, et un lot de 135 acres, plus au sud, entre Sherbrooke et l'A40. Mathématiquement, il y a de la place pour 40 usines de 200 000 pieds carrés. Le reste du terrain restera occupé par le terminal de Shell.

« On est en train de travailler au prolongement de la route Joseph-Versailles pour un accès. On travaille aussi à l'installation de l'infrastructure pour accueillir les entreprises qui veulent venir chez nous. » - Robert Coutu, maire de Montréal-Est

Selon nos informations, Shell a dépensé entre 100 et 200 millions pour démanteler et décontaminer la raffinerie, qui a fonctionné de mars 1933 au 7 octobre 2010. Pierre-Olivier Simard, directeur immobilier chez Shell Canada, n'a pas confirmé le chiffre, mais il a reconnu que la somme est substantielle. « Le plus tôt qu'on est capable de retourner les terrains, c'est la communauté en général qui va en bénéficier », dit-il.

Les travaux de décontamination seront terminés d'ici la fin de l'année et les terrains seront disponibles dès 2017.

« L'annonce de Shell arrive au bon moment, dit Sylvie Boutin, commissaire industrielle de l'arrondissement d'Anjou. On sent que ça bouge dans le domaine industriel. » Environ le quart de la superficie mise sur le marché est localisé à Anjou, au sud de l'autoroute 40.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer