Le marché résidentiel tourne au ralenti

Les agents immobiliers sont les premiers à s'en plaindre. Le marché résidentiel... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
André Dubuc
André Dubuc
La Presse

Les agents immobiliers sont les premiers à s'en plaindre. Le marché résidentiel tourne au ralenti en 2014. Les reventes sont en baisse de 5% depuis janvier. Une torpeur qui incite la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) à revoir à la baisse ses prévisions. Le prix des propriétés existantes se maintient toutefois, et la Fédération prévoit toujours une inflation de l'ordre de 1% des prix des maisons au Québec comme à Montréal en 2014. Faits saillants des prévisions de la FCIQ en six volets.

- 2%

En début d'année, la FCIQ prévoyait une croissance de 3% des reventes sur le marché de la propriété existante en 2014. Après cinq mois, le nombre de transactions recule de 5%. La FCIQ prévoit maintenant une baisse de 2% des transactions en 2014 par rapport au nombre correspondant en 2013.

- 5%

«Pour la période cumulée de janvier à mai, c'est une baisse des reventes de 5% par rapport à 2013, et 2013 ne pétait pas le feu. Elle a été l'année la moins active sur le marché de la revente depuis 2005 à l'échelle de la province.»

- Paul Cardinal, directeur du service Analyse du marché de la FCIQ

Prévisions revues à la baisse*

Ancien scénario

Reventes Centris: 73 500

Prix médian unifamiliale: 226 500$ Nouveau scénario

Reventes Centris: 70 000

Prix médian unifamiliale: 226 500$

*Prévisions 2014 pour le Québec

Plus de pancartes à vendre

Comme attendu, le nombre de propriétés à vendre a progressé de 9% au cours des 5 premiers mois de l'année. En mai 2014, on dénombrait 82 764 propriétés à vendre au Québec, comparativement à 75 295 unités en mai 2013. La hausse est semblable dans la RMR de Montréal, mais elle est de 17% à Québec.

Les délais de vente se sont aussi allongés de 11 jours pour une maison et de 12 jours pour un condo. En mai, une maison se vendait en 111 jours en moyenne. Le délai monte à 125 jours pour un condo.

Raisons de l'affaiblissement du marché

> La campagne électorale provinciale a créé de l'incertitude.

> Le marché du travail connaît des ratés.

> L'accélération de la croissance économique se fait toujours attendre.

> Le solde migratoire est en baisse.

> Nouveaux resserrements aux règles hypothécaires.

La construction de condos repart à la hausse

Contre toute attente, la construction de logements en copropriété a bondi de 38% en un an dans la région métropolitaine de recensement de Montréal, alors que les spécialistes s'attendaient à un repli.

L'offre de condos à vendre estdonc appelée à augmenter, ce qui viendra détendre encore davantage les conditions de marché. Les acheteurs continueront donc d'être avantagés en 2015 en raison d'une offre qui sera encore excédentaire.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer