Hausse des ventes canadiennes de résidences en avril

Les ventes résidentielles réalisées à l'échelle nationale ont... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse)

Agrandir

Les ventes résidentielles réalisées à l'échelle nationale ont augmenté de 2,7 % de mars à avril, alimentées par les marchés de Vancouver et Toronto.

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
OTTAWA

Les ventes canadiennes de résidences ont augmenté en avril comparativement au mois précédent, mais elles étaient inférieures à celles d'avril 2013, ce qui laisse croire que le marché printanier de cette année va demeurer terne, a annoncé jeudi l'Association canadienne de l'immeuble (ACI).

Les ventes résidentielles réalisées à l'échelle nationale ont augmenté de 2,7 % de mars à avril, alimentées par les marchés de Vancouver et Toronto. Les ventes conclues par l'entremise des systèmes MLS des chambres et associations immobilières au Canada ont cependant baissé de 0,3 % par rapport à il y a un an, et elles étaient inférieures de 1 % à la moyenne des 10 dernières années.

La présidente de l'ACI, Beth Crosbie, a indiqué que les régions de Vancouver et Toronto avaient stimulé le regain anticipé des ventes résidentielles au printemps à l'échelle nationale en avril, ce qui a masqué l'activité plus faible d'un certain nombre de petits marchés.

Mais John Andrew, spécialiste du secteur immobilier à l'Université Queen's, à Kingston, en Ontario, a jugé que la baisse des ventes d'une année à l'autre était étonnante et «pas mal significative», surtout quand on tient compte du fait que les prix ont continué d'augmenter.

Le prix moyen réel des maisons vendues en avril s'élevait à 409 708 $, soit une hausse de 7,6 % par rapport à il y a un an, les prix ayant augmenté dans six des dix provinces.

L'indice des prix des propriétés MLS global et composé a augmenté de 5,02 % d'une année à l'autre, le mois dernier.

Un long hiver qui s'est poursuivi jusqu'en avril dans la plupart des villes peut expliquer en partie la lenteur des ventes, a indiqué M. Andrew, qui a toutefois ajouté que les transactions auraient dû augmenter à mesure que la température devenait plus élevée lors des premières semaines de mai.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer