Keurig: l'offre d'achat fait le bonheur d'un actionnaire québécois

Keurig se faisait malmener depuis le début de l'année... (PHOTO SHANNON STAPLETON, REUTERS)

Agrandir

Keurig se faisait malmener depuis le début de l'année au NASDAQ en raison, notamment, des difficultés à relancer ses ventes.

PHOTO SHANNON STAPLETON, REUTERS

Richard Dufour

Un important investisseur institutionnel québécois se réjouit de l'offre de rachat de 14 milliards US pour Keurig Green Mountain (GMCR).

La firme montréalaise Hexavest détient 475 850 actions du torréfacteur américain, qui fabrique également des cafetières. La valeur de ce bloc d'actions s'est appréciée de près 20 millions US, hier, après l'annonce d'une offre en argent comptant de 92$US par action faite par le conglomérat luxembourgeois JAB, qui entend fermer le capital de l'entreprise américaine.

Une prime de 78%

Le prix de 92$US correspond à une prime de 78% par rapport au cours boursier de la séance précédente. À ce prix, la participation d'Hexavest vaut environ 45 millions, comparativement à un peu moins de 25 millions en date de vendredi dernier.

«L'offre équivaut à 15 fois le bénéfice d'exploitation et 27 fois les profits. On est d'accord avec ça», commente Kevin Leblanc, analyste pour les marchés nord-américains chez Hexavest, où l'actif sous gestion s'élève à 18 milliards.

«Nous avons acquis notre position à un prix pas mal inférieur à celui proposé. Pour nous, c'est une bonne transaction.»

Hexavest a fait l'acquisition de ses actions de Keurig l'été dernier, alors que le titre avait déjà reculé de plus de 50% depuis le début de l'année.

«L'action avait chuté de manière importante lorsqu'elle est tombée sur notre radar. Le sentiment envers le titre était extrêmement négatif. Nous avons un style valeur, contrarien. Le titre répondait par ailleurs à tous nos critères d'investissement», dit Kevin Leblanc.

Malmenée au NASDAQ

Keurig, qui avait réalisé l'acquisition de la montréalaise Van Houtte il y a cinq ans, se faisait malmener depuis le début de l'année au NASDAQ en raison, notamment, des difficultés à relancer ses ventes. Après avoir frôlé la barre des 160$US l'automne dernier, le titre avait commencé l'année à 130$US avant de reculer sous les 40$US il y a trois semaines.

La direction de l'entreprise de Waterbury, au Vermont, avait rassuré un peu les marchés, le mois dernier, en bonifiant son dividende pour démontrer sa confiance envers les perspectives futures.

L'offre d'achat du conglomérat JAB a déjà été approuvée par Coca-Cola, qui est le principal actionnaire de Keurig Green Mountain, avec une participation de 17%.

Consolidation

Il s'agit d'une transaction stratégique pour l'acquéreur qui agit tel un consolidateur dans le marché du café.

JAB détient déjà plusieurs participations dans des entreprises de ce secteur, dont Peet's Coffee&Tea, Jacobs Douwe Egberts (Tassimo), Espresso House, Baresso Coffee et Caribou Coffee Company.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer