La cimenterie de Port-Daniel verra le jour à l'été 2016

Une fois en exploitation, la cimenterie produira 2,2... (Photo collaboration spéciale Gilles Gagné)

Agrandir

Une fois en exploitation, la cimenterie produira 2,2 millions de tonnes de ciment et emploiera 200 personnes.

Photo collaboration spéciale Gilles Gagné

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

(PORT-DANIEL-GASCONS) La cimenterie de Port-Daniel deviendra bientôt réalité pour les Gaspésiens qui l'attendent depuis 20 ans.

La naissance de la cimenterie a été annoncée à quelques reprises dans le passé. Mais cette fois semble la bonne étant donné l'importance des partenaires financiers dans le projet de Ciment McInnis, d'une valeur de 1 milliard. Sa construction va créer 2300 emplois.

La construction du complexe cimentier accaparera 800 millions, tandis que 200 millions serviront à bâtir les installations des infrastructures de réception et de distribution de la poudre de ciment.

La mise en exploitation de l'usine d'une capacité de 2,2 millions de tonnes par année est prévue pour la mi-2016. Environ 400 emplois permanents, directs et indirects, seront créés.

La première ministre Pauline Marois, le président et chef de l'exploitation de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Michael Sabia, et Laurent Beaudoin, ancien grand patron de Bombardier et président du conseil de la société Beaudier, se sont tous déplacés à Port-Daniel-Gascons, sur le bord de la baie des Chaleurs, pour annoncer leur participation dans cet important projet industriel.

Du milliard, 416 millions seront investis en capital-actions et 525 millions sous forme de prêts.

Le principal actionnaire, à 51,1%, sera une coentreprise formée par Beaudier, un holding de la famille Beaudoin-Bombardier, et la Caisse de dépôt. Beaudier y met 112,7 millions et la Caisse, 100 millions.

«Il s'agit d'un excellent investissement pour nos déposants», a souligné son patron, M. Sabia, qui a mis en relief la proximité des marchés américains, où les besoins en infrastructures sont évalués à 3600 milliards d'ici 2020.

Selon le plan d'affaires de Ciment McInnis, la cimenterie de Port-Daniel approvisionnera principalement les marchés hors Québec, surtout dans le nord-est des États-Unis.

Investissement Québec possédera 24% de la cimenterie en raison d'un apport de 100 millions. Le reste, environ 100 millions, provient d'investisseurs privés.

La Banque Nationale est à la tête d'un syndicat bancaire qui prêtera au moins 250 millions à Ciment McInnis. Selon nos informations, le gouvernement fédéral participerait au montage financier à hauteur de 100 millions, notamment par l'entremise de la société Exportation et Développement Canada (EDC).

«Nous sommes intéressés par le potentiel d'exportation du projet, confirme Philippe Taylor, porte-parole d'EDC. Nous sommes au début du processus d'analyse du dossier.» M. Taylor n'a toutefois pas confirmé le montant d'une éventuelle participation d'EDC.

Dans notre édition d'hier, nous avions écrit que le partenaire fédéral était la société DEC (Développement économique Canada), ce qui n'est pas le cas.

Investissement Québec, le bras investisseur du gouvernement du Québec, agit également comme prêteur subordonné avec un prêt de 10 ans de 250 millions, à taux d'intérêt de 3 points de pourcentage plus élevé que le taux du prêt principal avancé par le consortium mené par la Banque Nationale. L'emprunteur n'aura pas à rembourser de capital avant deux ans, soit avant la fin de la construction de la cimenterie.

Pour la famille Beaudoin-Bombardier, il s'agit d'une diversification de ses avoirs dans un domaine fort éloigné de l'aéronautique ou des motoneiges. Laurent Beaudoin a commencé à s'intéresser à l'acquisition du site il y a plus de trois ans. «Fort de mon expérience industrielle et convaincu de son potentiel à long terme, j'ai décidé que Beaudier devait s'en porter acquéreur», a-t-il fait savoir pendant son allocution.

Fiscalité avantageuse

Outre l'apport financier du gouvernement provincial, la cimenterie profitera d'une fiscalité avantageuse. Elle n'aura pas à payer de redevances sur le calcaire qu'elle extrait et pourra aussi être exemptée de l'impôt sur les bénéfices pendant 10 ans. Entreprise énergivore, la cimenterie tâchera de décrocher le tarif avantageux que réserve Hydro-Québec aux nouveaux projets industriels.

Malgré tout, l'annonce ne fait pas que des heureux. L'industrie du ciment, dont ses membres canadiens traversent des années difficiles depuis la récession de 2008, crie à la concurrence déloyale et craint pour les emplois existants.

EN CHIFFRES:

> Investissement: 1 milliard

> Début des travaux: printemps 2014

> Mise en service: mi-2016

> Capacité de production: 2,2 millions de tonnes par an

> Emplois directs et indirects:

- 2300 pendant la construction,

- 400 pendant l'exploitation

> Principaux actionnaires:

- Investissement Québec (24%)

- Coentreprise Beaudier et Caisse de dépôt (51%)

- Autres (25%)




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer