Fed: la faible inflation, «principal» problème de l'économie américaine

Dennis Lockhart, président de l'antenne régionale de la... (PHOTO BLOOMBERG)

Agrandir

Dennis Lockhart, président de l'antenne régionale de la Fed d'Atlanta.

PHOTO BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Le principal problème qui se pose actuellement à l'économie américaine et qui pourrait retarder une hausse des taux est la faiblesse de l'inflation, a estimé vendredi Dennis Lockhart, président de l'antenne régionale de la Fed d'Atlanta.

«Il y a des facteurs en jeu en ce moment dont je considère que les effets ne sont pas encore établis. Le principal parmi ces facteurs est l'inflation», a déclaré M. Lockhart, qui est membre votant cette année au sein du Comité monétaire de la Fed (FOMC), lors d'un discours à Naples, en Floride.

Le taux directeur de la Banque centrale américaine (Fed) est proche de zéro depuis 2008 et la plupart des analystes s'attendent à ce qu'elle commence à les relever dans le courant 2015.

«L'inflation, quelle que soit la manière dont on la mesure, est très en-dessous de l'objectif de 2 % retenu par le FOMC et c'était déjà le cas avant la récente baisse des prix de l'énergie», a souligné M. Lockhart, selon le texte de son discours.

L'inflation sur un an aux États-Unis a encore décéléré en décembre, à 0,7 %, pour tomber à son plus bas niveau depuis octobre 2009.

Estimant qu'il fallait pour que la Fed commence à relever ses taux que les responsables de la politique monétaire aient «confiance» dans l'évolution des principales données économiques, M. Lockhart a jugé qu'un retour de l'inflation vers l'objectif de 2 % était «important».

«Au même titre que les données actuelles sur l'inflation donnent à réfléchir, la tendance générale sur les salaires laisse aussi entendre que nous ne sommes pas arrivés au plein emploi», a-t-il ajouté.

La Fed retient, pour définir sa politique monétaire, deux objectifs principaux: l'inflation et l'emploi.

«La croissance modeste des salaires dans le pays ne semble pas normale compte tenu des bons chiffres que nous avons vus au cours des récents trimestres», a-t-il souligné.

«L'inflation et les salaires doivent indiquer clairement que les écarts se comblent. Leur faiblesse est un sujet de préoccupation», a constaté M. Lockhart, évoquant la différence entre les indicateurs actuels et ce qu'ils devraient être pour que la Fed commence à relever ses taux.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer