Début d'une réunion du Comité monétaire de la Fed

Cette réunion de politique monétaire est présidée pour... (Photo Alex Brandon, archives AP)

Agrandir

Cette réunion de politique monétaire est présidée pour la première fois par Janet Yellen, qui a remplacé Ben Bernanke à la tête de la Réserve fédérale début février.

Photo Alex Brandon, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Le Comité monétaire de la Banque centrale des États-Unis (Fed) a entamé mardi, sous la houlette de Janet Yellen, une réunion de deux jours à Washington à l'issue de laquelle l'aide de la Fed à l'économie devrait être réduite.

«Le Comité de politique monétaire (FOMC) a commencé sa réunion à 14 h comme prévu», a indiqué mardi un porte-parole de l'institution monétaire.

Cette réunion de politique monétaire est présidée pour la première fois par Janet Yellen, qui a remplacé Ben Bernanke à la tête de la Réserve fédérale début février.

Le FOMC devrait rendre sa décision publique dans un communiqué mercredi après-midi et publier une révision trimestrielle de ses prévisions économiques. Ensuite, Mme Yellen tiendra sa première conférence de presse en tant que présidente de la Fed.

Les analystes s'attendent à ce que la Fed continue de réduire de 10 milliards de dollars, à 55 milliards, ses achats mensuels d'actifs destinés à soutenir la reprise et peser sur les taux d'intérêt. Les taux directeurs quant à eux doivent rester proches de zéro.

Beaucoup d'économistes s'attendent également à ce que la Fed modifie son message d'orientation monétaire et abandonne sa référence chiffrée au taux de chômage pour signaler une éventuelle remontée des taux d'intérêt.

Depuis plus d'un an, le FOMC assurait dans ses communiqués que le taux directeur resterait en l'état tant que le taux de chômage serait au-dessus de 6,5% et l'inflation en dessous de l'objectif de 2%.

Mais à 6,7% en février, le taux de chômage se rapproche de ce seuil de 6,5%. L'état du marché du travail comme de l'économie ne justifient pourtant pas un relèvement des taux dans un avenir proche. La Fed n'a d'ailleurs cessé de promettre parallèlement que les taux resteraient proches de zéro «bien après» la baisse du taux du chômage sous les 6,5%.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer