Northern Pass: le tronçon québécois coûtera 25% plus cher que le tronçon américain

Selon Hydro-Québec, il faut comparer des pommes avec des... (Photo Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Selon Hydro-Québec, il faut comparer des pommes avec des pommes. « Un projet d'interconnexion de deux réseaux électriques nécessite divers investissements en complément à l'ajout de la ligne elle-même », explique Lynn St-Laurent, porte-parole de l'entreprise.

Photo Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hélène Baril

La construction du tronçon québécois de la ligne de transport Northern Pass coûtera 25 % plus cher par kilomètre que le tronçon américain, où le tracé prévoit pourtant un enfouissement sur une plus longue distance.

Selon les chiffres qui ont été rendus publics, Hydro-Québec investira 680 millions pour construire la portion de la ligne de transport entre son poste Des Cantons, en Estrie, et la frontière, soit 80 km. Son partenaire Eversource, de son côté, prévoit dépenser 1,6 milliard US (1,97 milliard CAN) pour le tronçon de 310 km entre la frontière et le poste de Deerfield, au New Hampshire.

Ramenés en dollars canadiens par kilomètre, les coûts prévus sont supérieurs de 25 % au Québec par rapport aux États-Unis. Hydro-Québec prévoit enfouir une portion de 15 à 20 kilomètres de sa ligne de 80 kilomètres, tandis qu'Eversource enfouira 100 kilomètres sur 310 kilomètres.

L'enfouissement coûte beaucoup plus cher, et Hydro-Québec a commencé par refuser de le faire, comme le demandaient les résidants d'East Hereford, où la ligne de transport traversera la frontière. La société a changé d'idée et indiqué que l'enfouissement d'une quinzaine de kilomètres ajouterait 60 millions au coût du projet, pour un total de 680 millions.

Selon Hydro-Québec, il faut comparer des pommes avec des pommes. « Un projet d'interconnexion de deux réseaux électriques nécessite divers investissements en complément à l'ajout de la ligne elle-même », explique Lynn St-Laurent, porte-parole de l'entreprise.

Du côté québécois, par exemple, la plus grande partie du budget prévu de 680 millions sera consacrée à l'ajout d'équipements et à la construction d'un convertisseur au poste Des Cantons, à Val-Joli, pour convertir le courant alternatif en courant continu. Un poste aérosouterrain est aussi prévu à la frontière pour relier les portions souterraine et aérienne de la ligne de transport, précise Hydro-Québec.

Même si des modifications seront aussi nécessaires du côté américain, Hydro-Québec estime qu'il faut comparer seulement les coûts de construction de la ligne.

Le coût de construction de la ligne elle-même (portion aérienne et souterraine) est de 192,6 millions au Québec, soit 2,41 millions par kilomètre.

« C'est quasi identique à celui de Northern Pass », assure la porte-parole.

Selon Eversource, le coût pour construire la ligne seulement est de 3,2 millions US par mille, ou 2,4 millions CAN par kilomètre.

C'est le même montant qu'au Québec. La portion souterraine est toutefois plus longue en territoire américain qu'au Québec.

Selon Hydro-Québec, l'investissement prévu de 680 millions inclut tous les coûts associés au projet. « Quand on ajoute une interconnexion, il y a un impact sur le réseau et il faut nécessairement faire des ajustements », a indiqué Lynn St-Laurent.

Hydro-Québec et Eversource doivent négocier dans les prochaines semaines avec l'État du Massachusetts les termes définitifs d'un contrat de vente de 1090 mégawatts d'électricité pendant une période de 20 ans.

S'il y a accord, la construction de la ligne de transport pourrait commencer à l'automne.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer