Le pétrole porté par une limitation de l'offre

Le baril de light sweet crude (WTI) pour... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre, référence américaine du brut, a gagné 23 cents pour clôturer à 54,38 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Le pétrole new-yorkais a terminé mardi à son plus haut niveau depuis février, les investisseurs misant sur la prolongation d'un accord engageant plusieurs grands pays producteurs à limiter leur offre, avant un rapport sur les stocks américains.

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre, référence américaine du brut, a gagné 23 cents pour clôturer à 54,38 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

«On a débuté la semaine sur des bases solides et le marché continue de pousser vers le haut», a commenté Gene McGillian de Tradition Energy. «Cet élan est porté par les attentes sur l'extension de l'accord de limitation de la production de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole, NDLR) ainsi que par les signes d'une demande robuste au niveau mondial, qui font espérer un rééquilibrage entre l'offre et la demande de nature à faire monter les prix», a-t-il ajouté.

Le cartel s'est engagé fin 2016 avec d'autres producteurs, dont la Russie, à restreindre sa production pour limiter la quantité d'or noir disponible sur le marché mondial.

Alors qu'une réunion sur l'avenir de l'accord doit se tenir fin novembre à Vienne, des représentants saoudiens et russes ont récemment fait part de leur souhait de le voir se prolonger. Déjà renouvelé une fois, l'accord court actuellement jusqu'en mars 2018.

Les marchés attendaient par ailleurs les données hebdomadaires sur les réserves des États-Unis dont une première estimation sera fournie par la fédération professionnelle de l'American petroleum institute (API) après la clôture. Le Département américain de l'Energie (DoE) publiera ses propres chiffres mercredi.

Pour la semaine achevée le 27 octobre, les analystes tablent sur une baisse de 1,3 million de barils des réserves de brut, de 1,55 million de barils de celles d'essence, et de 2,5 millions de barils de celles de produits distillés, selon la médiane d'un consensus compilé par Bloomberg sur les chiffres du DoE.

«Si le rapport montre des réserves de brut plus ou moins autour de l'équilibre et des stocks d'essence et de produits distillés en baisse, comme attendu, le baril de WTI pourrait monter jusqu'au plus haut niveau de l'année atteint en séance le 3 janvier, soit 55,24 dollars, c'est le prochain objectif technique», a souligné Robert Yawger de Mizuho.

«Mais d'autres éléments du rapport seront surveillés, comme le niveau des exportations, de la production américaine ou des importations», a-t-il ajouté.

Avec la hausse des prix du baril, «les producteurs américains vont peut-être décider d'intensifier leurs efforts et d'accélérer le rythme des forages», a remarqué M. McGillian. L'extraction de brut aux États-Unis «a atteint une sorte de plateau à 9,5 millions de barils par jour mais on pourrait monter jusqu'à 10 millions d'ici la fin de l'année», a-t-il avancé.




publicité

publicité

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer