Le pétrole freiné à New York

Le prix du baril de pétrole coté à New York a terminé en baisse lundi, affecté... (Photo archives Reuters)

Agrandir

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Le prix du baril de pétrole coté à New York a terminé en baisse lundi, affecté par des signes d'un regain de production aux États-Unis et au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ainsi que par la vigueur du dollar.

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en novembre, référence américaine du brut, a perdu 1,09 dollar pour clôturer à 50,58 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les cours «sont freinés par les informations sur l'augmentation de la production de l'OPEP et du nombre de puits actifs aux États-Unis», a avancé Robert Yawger de Mizuho.

L'OPEP s'est engagée, en compagnie d'autres producteurs comme la Russie, à limiter son offre jusqu'à la fin du premier trimestre 2018. Selon des informations de presse, les membres du cartel ont toutefois légèrement augmenté leurs extractions en septembre.

«La discipline affaiblie de l'OPEP et l'exemption de la Libye et du Nigeria à participer aux baisses signifient à notre avis que les réserves de pétrole de l'OCDE vont mettre plus de temps que prévu à reculer», ont prévenu les analystes de Commerzbank.

Les cours du brut ont également pâti de la perspective de voir la production d'or noir augmenter aux États-Unis, où le nombre de puits actifs a augmenté la semaine dernière après plusieurs semaines de baisse, selon un décompte de l'entreprise Baker Hughes diffusé vendredi.

À cet égard, «les investisseurs surveilleront de près la publication mercredi du rapport hebdomadaire du département américain de l'Energie car la production de brut dans le pays pourrait avoir atteint un record», a souligné M. Yawger.

La pression sur les prix du baril est aussi «en grande partie liée au renforcement du dollar, qui a regagné du terrain ce week-end face aux principales devises», a indiqué John Kilduff d'Again Capital.

La hausse du billet vert rend plus onéreux et donc moins attractifs les achats d'or noir libellés dans la devise américaine pour les investisseurs munis d'autres devises.

Pour M. Yawger, les prix du baril ont aussi simplement perdu un peu de terrain après être rapidement montés ces dernières semaines: entre juillet et septembre le prix du baril de WTI a augmenté de 12,23%, sa plus forte hausse trimestrielle depuis le deuxième trimestre de 2016.

«On est techniquement arrivé en territoire de "surachat" et le marché est mûr pour un petit mouvement de correction», a avancé le spécialiste.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer