Le pétrole termine de nouveau en baisse

Les cours pétroliers ont encore nettement baissé lundi, toujours plombés par... (PHOTO LARRY MACDOUGAL, ARCHIVES PC)

Agrandir

PHOTO LARRY MACDOUGAL, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LONDRES

Les cours pétroliers ont encore nettement baissé lundi, toujours plombés par l'inquiétude des investisseurs du monde entier après le vote britannique en faveur d'une sortie de l'Union européenne (UE).

Le cours du baril de référence (WTI) pour livraison en août a perdu 1,31 $ à 46,33 $ sur le New York Mercantile Exchange, une tentative de rebond constatée dans la nuit dans les échanges électroniques ayant rapidement tourné court.

« Dans le monde entier, on évite la prise de risque, il n'y a rien d'autre à dire » pour expliquer le recul du pétrole, a déclaré Bill Baruch, chez iiTrader.com.

« Pour l'instant, il n'y a rien qui guide le marché du pétrole en particulier, même si à partir de demain (mardi) on va commencer à s'intéresser au niveau des stocks » américains de brut et de produits pétroliers, qui doit être annoncé mercredi par le ministère de l'Énergie, a ajouté M. Baruch.

Il craignait que le brut ne franchisse un seuil de résistance à 46 $ le baril qui l'entraîne rapidement jusqu'à 44 $, mais un petit sursaut de fin de séance semblait écarter cette perspective dans l'immédiat.

Toutefois, Tim Evans, chez Citi, était plus pessimiste, évoquant un risque de chute jusqu'à 35 $ le baril, un niveau plus vu depuis début avril, « surtout avec les signes d'une reprise de la production nigériane », qui était entravée depuis plusieurs semaines par des opérations menées par des rebelles dans le delta du Niger.

Au-delà des facteurs techniques, plusieurs analystes ont invoqué l'impact du renforcement du dollar, aux dépens notamment de l'euro et de la livre, à la suite des inquiétudes pour l'évolution du continent européen.

« Le regain du dollar et la faiblesse de l'euro et de la livre pèsent », a déclaré Carl Larry, de Frost & Sullivan. En effet, tout renforcement du dollar pénalise les acheteurs de brut, dont les échanges sont libellés en billets verts.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer