Barrick Gold affiche une perte de 264 millions

Le numéro un mondial de l'or, le canadien Barrick Gold, a annoncé mercredi une... (Photo Archives La Presse canadienne)

Agrandir

Photo Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Montréal

Le numéro un mondial de l'or, le canadien Barrick Gold, a annoncé mercredi une perte de 264 millions de dollars pour le troisième trimestre, essentiellement attribuable à la baisse des prix du métal jaune et du cuivre.

Pour les trois mois de la même période il y a un an, Barrick Gold avait dégagé un bénéfice de 125 millions de dollars, alors que le prix de l'or était 12% plus élevé.

En excluant les éléments exceptionnels, dont des radiations et dépréciations d'actifs, Barrick Gold a dégagé un bénéfice net ajusté de 131 millions de dollars, ou 11 cents par action, un résultat meilleur que celui attendu par les analystes qui tablaient sur 7 cents.

La production d'or, en hausse de 0,8% sur un an, a totalisé près de 1,7 million d'onces au troisième trimestre, conforme aux objectifs du groupe.

Les volumes vendus ont augmenté de 1,1% en un an, à près de 1,6 million de tonnes, mais n'ont pu compenser la baisse des prix de vente. Les coûts de production étaient baisse de 8%, à 771 dollars par once d'or.

Le chiffre d'affaires a chuté de 12%, à un peu plus de 2,3 milliards de dollars.

Après deux années noires en 2013 et 2014, où il a subi des pertes totalisant 13,3 milliards de dollars, Barrick s'est engagé a réduire son endettement de 3 milliards de dollars en 2015, notamment en vendant de nombreuses mines considérées comme périphériques pour ne conserver que les plus rentables. Cinq de ces mines assureront 60 à 65% de sa production cette année.

Depuis le début de l'année, le groupe a réduit de 15% sa dette totale, qui est passée de 13,1 milliards à 11,2 milliards de dollars. Il compte la réduire d'un milliard de dollars supplémentaire en utilisant le produit de la vente de sa mine de cuivre Zaldivar au Chili, dont la cession à la société britannique Antofagasta doit être bouclée au quatrième trimestre.

Les obligations du groupe quant au remboursement de sa dette atteignent moins de 250 millions de dollars d'ici 2018.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer