Pétrole: les experts techniques se rencontrent à Vienne

La réunion technique entre membres de l'Organisation des pays exportateurs de... (Photo Hasan Jamali, archives AP)

Agrandir

Photo Hasan Jamali, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

La réunion technique entre membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et pays hors OPEP, qui se tiendra à Vienne mercredi, ne devrait pas se traduire par des actions significatives pour le marché, préviennent des analystes.

Une réunion entre experts techniques du cartel de l'OPEP et de pays producteurs de pétrole hors OPEP se tiendra à Vienne mercredi.

«La liste complète des participants n'a pas été divulguée mais le sujet de la coopération entre les pays de l'OPEP et hors OPEP va être discuté, suscitant des espoirs (sur les marchés) d'une intervention (sur l'offre) élargie aux nations hors OPEP comme à la fin des années 1990 et au début des années 2000», note Adam Longson, analyste chez Morgan Stanley.

Cette réunion avait été annoncée le 9 octobre par le Venezuela, membre de l'OPEP, et l'invitation a été lancée à tous les pays de l'OPEP ainsi qu'à l'Azerbaïdjan, le Brésil, la Colombie, le Kazakhstan, le Mexique, la Norvège, Oman et la Russie.

Si le Mexique a pour sa part confirmé sa présence, et que la Russie y est attendue, certains pays pourraient choisir de décliner l'invitation, à l'instar de l'Azerbaïdjan par exemple, selon les analystes du courtier PVM.

«La clef (d'un éventuel accord sur des baisses de production) se trouve dans la Russie», et dans le fait que ce pays ainsi que l'Arabie saoudite, chef de file de l'OPEP, puissent surmonter leur méfiance réciproque, explique-t-on chez PVM.

Mais pour M. Longson, il ne faut pas attendre grand-chose de cette réunion technique. «Au mieux une fourchette de prix équitable pourrait être annoncée par l'OPEP» pour guider le marché, explique-t-il.

Et s'il y avait un accord, il serait «inefficace», car il donnerait la possibilité à d'autres producteurs de profiter d'une éventuelle hausse des prix pour augmenter leur production, estime l'analyste.

Selon plusieurs observateurs l'Arabie saoudite ne va pas soutenir une telle politique, sachant que le pays et le cartel se sont engagés dans une stratégie de protection de leurs parts de marché depuis près d'un an, en décidant de ne pas réduire leur plafond de production malgré la dégringolade des cours en novembre 2014.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer