Le pétrole rebondit grâce à la baisse de la production américaine

Les cours du pétrole ont fini la semaine vendredi sur un net rebond, encouragés... (PHOTO NICK OXFORD, REUTERS)

Agrandir

PHOTO NICK OXFORD, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les cours du pétrole ont fini la semaine vendredi sur un net rebond, encouragés par plusieurs signes d'une baisse de la production aux États-Unis.

Le cours du baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en novembre a gagné 88 cents à 47,26 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), accusant toutefois une baisse de 4,78% sur une semaine vu les reculs des quatre séances précédentes.

Les chiffres sur le nombre de puits en activité aux États-Unis, publiés vendredi par la société de services pétroliers Baker Hughes, ont confirmé la tendance à la baisse de la production: il y en avait 10 de moins cette semaine que la précédente, soit une chute de 63% depuis octobre 2014.

La veille le ministère américain de l'Énergie (DoE) avait annoncé que la production nationale avait reculé de 76 000 barils par jour durant la semaine close le 9 octobre, et Bill Baruch, chez iiTrader.com, a souligné que la production au centre du pays, en particulier, était au plus bas depuis 2010.

De plus le marché considère que «les mauvaises nouvelles sont en fait bonnes», à commencer par les «terribles résultats» de Schlumberger, a noté Matt Smith, chez ClipperData.

Le groupe de services pétroliers franco-américain Schlumberger a annoncé jeudi un bénéfice trimestriel divisé par trois et un chiffre d'affaires amputé du tiers. Pour couronner le tout le groupe a précisé que «les perspectives pour le secteur semblent difficiles pour les prochains trimestres avec une réduction de l'activité supplémentaire», ce qui pour les investisseurs se traduit par de nouvelles baisses de production de brut à venir.

«Le pétrole a également été soutenu par les spéculations selon lesquelles la Russie est prête à discuter avec l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) d'une possible réduction de sa production», a noté pour sa part Fawad Razaqzada chez Forex.com.

Mais, selon M. Baruch, le fait que l'OPEP table pour l'an prochain sur une nette reprise de la demande mondiale, à la différence de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) qui a revu en baisse sa prévision, «montre que l'OPEP n'a pas l'intention de réduire sa production».

Les chances que la Russie obtienne un accord sur la réduction de la production sont «très minces», estiment aussi les analystes de Commerzbank, notamment en raison des intérêts divergents de la Russie et de l'Arabie Saoudite en Syrie. «L'Arabie Saoudite essaie de baisser ses prix pour prendre à la Russie des parts de marché en Europe», ont-ils souligné.

Les analystes restent globalement prudents sur la direction que risque de prendre le marché dans les jours qui viennent.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer