Bois d'oeuvre: le Canada et les États-Unis se blâment réciproquement

Les autorités des deux côtés de la frontière s'accusent mutuellement de ne pas... (ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Victoria

Les autorités des deux côtés de la frontière s'accusent mutuellement de ne pas avoir voulu renégocier un accord sur le bois d'oeuvre entre le Canada et les États-Unis avant qu'elle arrive à échéance, lundi.

L'industrie américaine reproche depuis longtemps à Ottawa de subventionner ses producteurs et l'entente avait permis de réglementer les exportations de bois d'oeuvre canadien vers les États-Unis.

L'accord signé en 2006 avait mis fin à cinq ans de batailles judiciaires et permis aux producteurs canadiens de toucher 4 milliards $ en droits imposés par les autorités américaines sur le bois d'oeuvre en provenance du Canada. Plus de la moitié de cette somme, soit 2,4 milliards $, avait été remise à des entreprises de la Colombie-Britannique.

Le porte-parole de la coalition américaine des producteurs de bois d'oeuvre, Zoltan van Heynigen, a déclaré que le Canada faisait tout pour éviter la table des négociations, mais la première ministre britanno-colombienne, Christy Clark, a affirmé que c'était plutôt les États-Unis qui refusaient de discuter en dépit des multiples requêtes présentées par les autorités canadiennes au cours des deux dernières années.

Mme Clark a assuré que l'importance de renouveler l'entente relative au bois d'oeuvre serait le premier sujet qu'elle aborderait avec le nouveau premier ministre du pays après les élections de lundi prochain.

L'entente échue comprend une clause de statu quo qui empêche les États-Unis d'adopter des mesures commerciales contre les producteurs canadiens pendant un an.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer