Pétrole: hausse des stocks et baisse des prix

Selon les chiffres du Département américain de l'Énergie,... (PHOTO MARK RALSTON, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Selon les chiffres du Département américain de l'Énergie, les stocks de brut ont augmenté de plus de trois millions de barils la semaine dernière.

PHOTO MARK RALSTON, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les cours du pétrole ont baissé mercredi à New York après l'annonce d'une hausse des réserves et de la production de brut aux États-Unis, qui a refroidi l'ambiance sur un marché repris par l'optimisme depuis plusieurs séances.

Après avoir pris plus de 4 $US lors des trois précédentes séances, le cours du baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en novembre a perdu 72 cents à 47,81 $US sur le Mercantile Exchange (Nymex).

Même si cette baisse est minime, elle marque un net ralentissement du marché, sur lequel le prix du baril de pétrole gagnait plus d'un dollar peu après l'ouverture à New York.

Le WTI «a atteint un pic à 49,68 $US (...) mais, ensuite, le département américain de l'Énergie a publié des chiffres qui témoignaient de réserves vraiment élevées» et le marché a été stoppé dans son élan, a souligné Bart Melek, de TD Securities.

Selon les chiffres du DoE, les stocks de brut ont augmenté de plus de trois millions de barils la semaine dernière, et ceux d'essence ont avancé de près de deux millions, ce qui, dans les deux cas, dépasse nettement les attentes des analystes.

«Surtout, ce qui est vraiment une mauvaise nouvelle, c'est que la production de pétrole a beaucoup monté la semaine dernière, de 76 000 barils par jour », a ajouté M. Melek.

«Cela laisse craindre que son déclin ne soit pas aussi important que ce que l'on espérait», a-t-il expliqué.

Le niveau élevé de la production, que ce soit aux États-Unis, dans l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ou en Russie, a largement contribué à faire baisser les prix de plus de moitié depuis la mi-2014.

Désormais, «la montée des prix observée en début de semaine a toutes les chances d'être éphémère», a prévenu Christopher Dembik, de Saxo Banque.

«Ce qui pourrait vraiment provoquer un revirement de tendance, ce serait un accord au sein de l'OPEP pour limiter la hausse de la production, mais un tel scénario paraît peu crédible pour le moment», a-t-il conclu.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer