Énergie Est: Gaz Métro croit que TransCanada modifiera ses plans

Gaz Métro croit pouvoir remporter le bras de fer qui l'oppose à TransCanada (T.TRP)... (Photo Daniel Acker, Archives Bloomberg)

Agrandir

Photo Daniel Acker, Archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Gaz Métro croit pouvoir remporter le bras de fer qui l'oppose à TransCanada (T.TRP) sur un aspect d'Énergie Est avant que s'amorcent les audiences de l'Office naturel de l'énergie (ONÉ) sur le projet de la société albertaine.

La présidente et chef de la direction de Gaz Métro, Sophie Brochu, a estimé mardi que la société albertaine semblait «entendre le bon sens» et qu'elle était à revoir certains aspects de sa proposition.

«Ils comprennent que ce n'est pas l'idée du siècle de se mettre à dos leurs principaux clients qui devraient normalement être des partisans du projet», a-t-elle expliqué, en marge de l'assemblée des actionnaires de Valener (T.VRN), à Montréal.

Gaz Métro, Union Gas et Enbridge Gas Distribution en ont particulièrement contre la décision de TransCanada de convertir un tronçon de son gazoduc entre North Bay et Ottawa pour y faire passer du pétrole, ce qui ferait grimper les prix du gaz naturel.

Mme Brochu se désole du scénario dans lequel l'entreprise albertaine construirait un nouveau gazoduc dans ce secteur du nord-est de l'Ontario, au coût de 1,5 milliard $, parce que la capacité de cette nouvelle infrastructure serait réduite de moitié.

«TransCanada comprend qu'il serait dans son meilleur intérêt de faire une entente avec les distributeurs gaziers, a-t-elle analysé. Ça ne remet pas en question les fondements économiques (d'Énergie Est).»

Ce dossier a par ailleurs été abordé lors de l'assemblée annuelle de Valener, qui détient une participation de 29 pour cent dans le distributeur de gaz naturel.

Questionnée par une actionnaire, Mme Brochu a entre autres rappelé que la capacité actuelle du gazoduc ontarien avait été utilisée pleinement pendant au moins 50 jours depuis le mois de janvier en raison du froid mordant ayant sévi au Québec.

«Ce que l'on demande est tellement logique que je ne vois pas comment TransCanada peut continuer à se buter à cela», a-t-elle ajouté par la suite en entrevue, aux côtés du chef des finances de Valener, Pierre Despars.

Énergie Est vise à acheminer quotidiennement environ un million de barils de pétrole des sables bitumineux albertains à travers un oléoduc de quelque 4600 kilomètres vers le Québec et le Nouveau-Brunswick.

Si TransCanada (T.TRP) refuse de plier, Mme Brochu a prévenu que Gaz Métro et Valener - qui ont demandé à participer aux audiences de l'ONÉ - n'auraient pas de difficulté à prouver que le scénario proposé ne tient pas la route.

«Nous allons aller à l'Office et faire la preuve que lors des deux derniers hivers, nous avons eu besoin de cette capacité et qu'il faut pleinement la maintenir», a dit Mme Brochu.

La dirigeante de Gaz Métro a par ailleurs indiqué qu'elle ne craignait pas que la dégringolade des prix du brut puisse freiner les ambitions de la société à l'endroit du gaz naturel liquéfié (GNL), considéré comme un important vecteur de croissance.

Mme Brochu a reconnu que certaines entreprises pouvaient réfléchir un peu plus longtemps avant de se tourner vers le GNL en raison du prix du pétrole, mais que les prix du GNL étaient concurrentiels.

«Est-ce que cela peut amener des gens à calculer un peu plus? La réponse est oui, a-t-elle dit. Il y a aussi une question environnementale. Des gens accordent beaucoup d'importance au gaz naturel afin de réduire leur empreinte.»

Grâce à un processus cryogénique, le GNL prend environ 600 fois moins d'espace comparativement à sa forme gazeuse, ce qui permet par exemple d'en transporter d'importantes quantités par camion.

D'ici le début de 2017, la capacité de production de l'usine de Gaz Métro située dans l'est de Montréal devrait tripler, pour passer à neuf milliards de pieds cubes.

La minière Stornoway, qui exploite le projet diamantifère Renard, à environ 400 kilomètres au nord de Chibougamau, figure parmi les clients les plus importants quant aux livraisons de GNL.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer