Le pétrole monte à New York, après les bons chiffres du PIB américain

Les cours du pétrole ont rebondi mardi à New York, dans un marché plutôt... (PHOTO ARCHIVES PC)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les cours du pétrole ont rebondi mardi à New York, dans un marché plutôt incertain qui a profité de bons chiffres sur le produit intérieur brut (PIB) américain pour s'orienter dans le vert.

Le prix du baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en février a pris 1,86 dollar sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) pour s'établir à 57,12 dollars.

Depuis plusieurs séances, le prix du baril de brut enchaîne des journées de nettes hausses et mardi, au lendemain d'un fort déclin, il a poursuivi cette évolution incertaine en se redressant après une franche révision à la hausse du PIB américain pour le troisième trimestre, témoignant d'une croissance de 5%.

«Le PIB américain a certainement apporté un peu de soutien au marché», en laissant espérer une hausse de la demande, a jugé John Kilduff d'Again Capital, mais «la hausse est surtout due à des investisseurs qui misent sur un rebond technique, alors que les cours ont déjà beaucoup baissé lors des dernières semaines».

«Après les bons chiffres sur l'économie, et vu que des investisseurs parient sur un rebond à court terme des cours, on pourrait assister à une hausse au-dessus des 60 dollars, probablement pas aujourd'hui, mais à plus long terme», a également commenté Bob Yawger de Mizuho Securities.

La chute du baril de brut, qui a perdu près de la moitié de sa valeur depuis la mi-juin, s'est accentuée après la décision en novembre de l'Organisation des pays exportateurs de Pétrole (OPEP) de ne pas réduire son plafond de production lors de la dernière réunion du cartel.

«Il n'est pas dans l'intérêt des producteurs de l'OPEP de réduire leur production, quel que soit le prix (...). Que ça descende à 20, 40, 50 ou 60 dollars, il n'est pas pertinent» de réduire l'offre, a encore déclaré Ali al-Nouaïmi, le ministre saoudien du Pétrole. Dans un entretien à la revue spécialisée Middle East Economic Survey (MEES), publié lundi.

Ces déclarations, venues s'ajouter à des propos actuellement presque quotidiens en ce sens de responsables de l'OPEP, n'ont toutefois guère affecté les cours, par ailleurs soutenus par une annonce de la Libye sur la baisse de son offre d'or noir à cause de combats dans les régions productrices.

Le marché attend désormais la publication des stocks hebdomadaires de pétrole brut aux États-Unis par le département de l'Énergie, prévue mercredi matin. La semaine dernière, ils avaient moins baissé que prévu.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer