Les cours du pétrole évoluent en sens opposés à Londres et New York

Les cours du pétrole évoluaient en ordre dispersé vendredi en fin d'échanges... (Photo archives Reuters)

Agrandir

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Les cours du pétrole évoluaient en ordre dispersé vendredi en fin d'échanges européens, en baisse à Londres mais en hausse à New York au terme d'une semaine de forte volatilité des cours.

Vers 12h00, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 96,65 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 35 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude» (WTI) pour la même échéance gagnait 48 cents, à 93,01 dollars.

«Il y a clairement un manque d'élan pour alimenter une reprise des prix» du pétrole, remarquaient les analystes de Commerzbank.

Les cours du brut sont pénalisés par une série de facteurs baissiers depuis plusieurs semaines déjà et ont perdu plus de 15% depuis la mi-juin. Le Brent a notamment atteint mercredi un nouveau plus bas depuis juillet 2012 (à 95,60 dollars).

Ces facteurs baissiers sont principalement l'abondance de l'offre, la tiédeur de la demande et la force du dollar (qui rend les matières premières libellées dans la monnaie américaine plus onéreuses pour les investisseurs munis d'autres devises).

Du côté de l'offre, «la Libye produit maintenant 925 000 barils de brut par jour, soit un demi million de barils de plus par jour qu'en juillet», rapportaient les expert de Commerzbank.

Malgré le chaos politique et sécuritaire dans lequel est toujours plongée la Libye, la production pétrolière a réussi à s'y redresser après un an de très fortes perturbations (entre juillet 2013 et juillet 2014).

Du côté de la demande, l'Europe continue d'inquiéter. Un nouvel indicateur est venu alimenter ces craintes vendredi, avec le premier recul en 20 mois de la confiance des consommateurs allemands.

De plus «le renforcement du dollar (évoluant à des plus haut depuis 2 ans face à l'euro et depuis 6 ans face au yen, ndlr) a alimenté la baisse des prix du Brent» en «décourageant la demande pour les matières premières libellées en dollars», ajoutait Dorian Lucas, analyste du cabinet spécialisé dans l'énergie Inenco.

Avec des fondamentaux et des éléments techniques aussi baissiers, «les craintes d'une perturbation de l'offre due aux conflits au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ont un effet haussier minimal», expliquait-il.

Le WTI parvenait tout de même a tirer son épingle du jeu, soutenu par de bons indicateurs américains, de nature à alimenter des espoirs sur un rebond de la demande de brut aux États-Unis, le plus gros consommateur de pétrole au monde.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer