Rio Tinto Alcan veut augmenter sa production à Alma

Rio Tinto Alcan a obtenu l'autorisation du ministère du Développement... (Photo Steeve Tremblay, archives Le Quotidien)

Agrandir

Rio Tinto Alcan a obtenu l'autorisation du ministère du Développement durable pour porter sa production annuelle de 450 000 à 510 000 tonnes d'aluminium à l'usine d'Alma.

Photo Steeve Tremblay, archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hélène Baril

Rio Tinto Alcan (RIO) se prépare à augmenter la capacité de production de son usine d'Alma, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, un signe que le ciel commence à s'éclaircir pour les producteurs de métal primaire.

L'entreprise a obtenu les autorisations nécessaires du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques pour porter sa production annuelle de 450 000 à 510 000 tonnes à Alma.

Rio Tinto Alcan confirme le projet, mais précise que la décision de le mettre en oeuvre n'est pas encore prise. «On veut être prêt à le faire au bon moment», explique le porte-parole Brian Tucker.

Depuis la crise financière de 2008 et la dégringolade du prix du métal, les producteurs d'aluminium ont mis un frein à leurs projets d'expansion et fermé leurs installations les moins rentables. Rio Tinto Alcan a réduit sa production et reporté ses projets d'investissement au Québec. Au cours de la première moitié de 2014, l'entreprise a produit 1,6 million de tonnes d'aluminium, la même quantité qu'en 2013.

L'augmentation prévue de la production à Alma, qui n'exige que peu ou pas d'investissements, est connue comme du «creeping» dans l'industrie. Il s'agit d'un ajout modeste, mais qui annonce peut-être des jours meilleurs pour Rio Tinto Alcan. D'autres producteurs, comme Alcoa, qui n'ont pas accès à de l'énergie à aussi bas prix, continuent de fermer des usines et de réduire leur production.

Stocks importants

Les spécialistes s'entendent pour dire que le marché ne peut pas absorber beaucoup de production supplémentaire actuellement, parce que les stocks de métal sont encore très importants.

La quantité d'aluminium entreposée a toutefois baissé récemment sous les 5 millions de tonnes, son niveau le plus bas depuis deux ans. Et pour la première fois depuis février 2013, le prix de l'aluminium a franchi cette semaine la barre des 2000$US la tonne. À 2023$US hier, le prix de l'aluminium au London Metal Exchange reste inférieur de 40% au sommet de 3380$US atteint en 2008.

Par ailleurs, le gouvernement du Québec a officialisé récemment dans un décret le report des engagements de Rio Tinto Alcan en matière d'investissements au Québec. L'entreprise a maintenant jusqu'en 2019 pour concrétiser son intention d'investir 2,1 milliards dans «l'ajout de 400 000 tonnes métriques de capacité de production d'aluminium de première fusion au Saguenay-Lac-Saint-Jean», selon les termes du décret gouvernemental.

Il s'agit d'engagements pris par Alcan en 2007, avant son acquisition par Rio Tinto.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer