Domtar regarde vers le Sud pour son secteur des soins personnels

L'an dernier, les revenus du secteur des soins... (Photo fournie par Domtar)

Agrandir

L'an dernier, les revenus du secteur des soins personnels ont bondi de 42 % pour ainsi représenter 10,5 % de la totalité des revenus de Domtar, comparativement à 7,2 % en 2012.

Photo fournie par Domtar

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

En plus de l'Europe, Domtar (T.UFS) ne ferme pas la porte à des acquisitions en Amérique centrale ainsi qu'en Amérique du Sud afin d'asseoir la croissance de son secteur des soins personnels, selon son président et chef de la direction, John Williams.

En marge de l'assemblée annuelle de la papetière, mercredi, à Montréal, M. Williams n'a pas caché qu'il faudra d'autres acquisitions dans ce secteur afin de générer un bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements d'au moins 300 millions de dollars d'ici quelques années.

«C'est là (l'Europe et l'Amérique) que le marché se trouve, a-t-il indiqué en entrevue. Il y a une croissance en Asie mais je ne crois pas que nous allons y aller pour l'instant. Nous voulons croître dans les marchés où nous connaissons les risques.»

M. Williams s'est toutefois bien gardé de dévoiler son plan en ce qui a trait au nombre d'acquisitions qu'il souhaite réaliser à l'avenir.

«Ça pourrait être une ou deux substantielles ou plusieurs petites (acquisitions) dans les produits absorbants, a précisé le PDG de Domtar. Il n'est pas exclu de regarder d'autres secteurs.»

En vertu de l'acquisition de la société espagnole Laboratoire Indas, annoncée l'automne dernier, l'entreprise établie à Montréal compte maintenant quelque 2000 employés dans le secteur des soins personnels, qui comprend des produits d'incontinence pour enfants et adultes.

Dans son discours livré aux actionnaires, M. Williams a fait référence à des «synergies» à réaliser, ce qui ne devrait toutefois pas se traduire par des licenciements massifs, a-t-il cependant ajouté plus tard, au cours d'un court entretien.

«Nous investissons dans nos équipements, ce qui demande de la main-d'oeuvre, a-t-il souligné. Je ne vois pas un scénario dans lequel nous allons réduire de façon significative notre nombre de travailleurs, mais plutôt le contraire.»

L'an dernier, les revenus du secteur des soins personnels ont bondi de 42 % pour ainsi représenter 10,5 % de la totalité des revenus de Domtar, comparativement à 7,2 % en 2012.

La forestière québécoise, qui fait face à une baisse de la demande en ce qui a trait aux pâtes et papier, a réorienté sa stratégie au cours des dernières années en procédant à l'acquisition de fabricants et distributeurs de produits d'incontinence pour enfants et adultes - un secteur qui connaît une croissance fulgurante.

Outre l'acquisition d'Indas, la percée de Domtar dans ce secteur s'est effectuée au cours des dernières années, où la forestière a notamment allongé 600 millions de dollars afin de mettre la main sur deux sociétés américaines.

«Nous avons fermé une installation lorsque nous avons acheté Associated Hygienic Products pour déplacer ces activités de (l'État de) la Georgie vers Raleigh (en Caroline du Nord), mais ce n'était pas beaucoup d'emplois», a aussi fait remarquer M. Williams.

Le secteur des soins personnels n'est pas seulement un synonyme de croissance, mais également de féroce concurrence, particulièrement pour les produits d'incontinence pour bébés, croit le PDG de Domtar.

«Ils (la concurrence) nous ont accueillis avec l'équivalent d'une claque au visage, a-t-il dit. Au cours du dernier trimestre, nous sommes arrivés deuxièmes dans le domaine de certaines marques maison. Ce n'est pas dramatique, mais il faudra s'en occuper.»

Dividende relevé et fractionnement

Domtar a par ailleurs profité de son assemblée annuelle des actionnaires, qui s'est déroulée une semaine après la divulgation des résultats du premier trimestre, pour annoncer un fractionnement de ses actions ordinaires, à raison de deux actions pour une, qui sera réalisé par l'entremise d'un dividende d'actions.

L'entreprise a aussi relevé son dividende, qui, en tenant compte du fractionnement d'actions, grimpera de 10 cents, à 37,5 cents l'action. Le paiement se fera le 15 juillet aux actionnaires inscrits en date du 2 juillet.

Leon Aghazarian, de la Financière Banque Nationale, ne s'attendait pas à ce que le dividende soit aussi élevé.

«Cela reflète la confiance de l'équipe de direction envers la croissance de ses secteurs des soins personnels ainsi que des pâtes et papier», souligne l'analyste dans un rapport envoyé par courriel.

À la Bourse de Toronto, l'action de la forestière québécoise a grimpé de 1,93 $ pour clôturer à 102,31 $.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer