Suncor attend le feu vert pour son projet d'unité de cokéfaction

Le projet d'unité de cokéfaction de Montréal est... (PHOTO D'ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le projet d'unité de cokéfaction de Montréal est l'une des façons envisagées par Suncor pour réduire les coûts du brut à la raffinerie.

PHOTO D'ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lauren Krugel
La Presse Canadienne
CALGARY

Un projet qui permettrait à la raffinerie montréalaise de Suncor Énergie (T.SU) de transformer du sable bitumineux de l'Alberta pourrait obtenir le feu vert plus tard cette année ou au début de 2015, a affirmé mardi le président et chef de la direction de l'entreprise, Steve Williams.

Le projet d'unité de cokéfaction de Montréal est l'une des façons envisagées par Suncor pour réduire les coûts du brut à la raffinerie, qui dépendent depuis longtemps de coûteuses importations.

«Je m'attends à avoir sur mon bureau d'ici la fin de l'année la proposition pour l'unité de cokéfaction, de sorte que la situation sera beaucoup plus claire vers la fin de cette année, peut-être au début de l'an prochain, pour décider si nous allons de l'avant», a déclaré M. Williams à des analystes qui prenaient part à une conférence téléphonique organisée pour discuter des plus récents résultats trimestriels de Suncor.

Suncor n'a pas dévoilé le coût estimé du projet. M. Williams a cependant indiqué que la construction du projet serait beaucoup plus abordable à Montréal que dans le nord de l'Alberta, en proie à une inflation des coûts.

En outre, Suncor dispose déjà d'une grande partie du matériel nécessaire à l'unité de cokéfaction, une précédente ébauche du projet ayant été mise au rancart il y a quelques années.

Entre-temps, Suncor a été en mesure de fournir à la raffinerie, d'une capacité de 137 000 barils par jour, du brut provenant des terres transporté par train et par bateau.

Durant le premier trimestre, environ 20 000 barils de brut de l'Ouest ont été acheminés sur une base quotidienne à Montréal par train.

Suncor estime que sa stratégie de transport ferroviaire lui a permis d'épargner 20 millions de dollars durant le trimestre puisque la raffinerie de Montréal avait accès à un brut terrestre meilleur marché, ce qui lui a permis de ne pas dépendre d'importations plus coûteuses.

D'ici un an, la société pétrolière estime que la totalité du brut acheminé à sa raffinerie de Montréal proviendra de l'Amérique du Nord, puisque le feu vert a été donné au projet d'inversion de la Ligne 9B du pipeline d'Enbridge (T.ENB).

Le syndicat Unifor a accueilli favorablement les détails dévoilés mardi par Suncor en affirmant que ce projet devrait générer de nouveaux emplois, selon son représentant national Daniel Cloutier.

«On peut imaginer que la phase de construction va nécessiter plus de 1000 travailleurs, a-t-il indiqué en entrevue. C'est très aléatoire parce qu'on ne connaît par le projet final, mais on parle certainement d'une vingtaine de travailleurs pour opérer cela (l'unité) en permanence, 24 heures par jour et sept jours sur sept.»

Résultat record

Par ailleurs, le géant canadien du pétrole a annoncé avoir réalisé un résultat opérationnel record à son premier trimestre de 2014. Il s'est élevé à 1,79 milliard de dollars, ou 1,22 $ par action, comparativement à 1,37 milliard, ou 90 cents par action, un an plus tôt.

Au cours de la même période, le bénéfice net est passé de 1,09 milliard de dollars, ou 72 cents par action, à 1,49 milliard, ou 1,01 $ par action.

Les revenus d'exploitation, nets de redevances, se sont établis à 10,3 milliards de dollars, en hausse par rapport à ceux de 9,8 milliards de la même période l'an dernier.

La société de Calgary a attribué ses résultats aux prix élevés réalisés en amont, lesquels découlaient en partie de taux de change favorables et de la hausse des prix du pétrole terrestre.

Suncor Énergie a aussi fait état d'une production record de brut synthétique de même que de marges de raffinage records. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par une baisse de la production du secteur de l'exploration et de la production, ainsi que par une hausse des prix du gaz naturel.

Les activités de Suncor sont reliées notamment au développement et à la valorisation des sables pétrolifères, à la production pétrolière et gazière classique et extracôtière, au raffinage du pétrole et à la commercialisation des produits sous la marque Petro-Canada.

À la Bourse de Toronto, mardi après-midi, les actions de Suncor valaient 42,67 $, en hausse de 1,33 $, soit 3,2 %, par rapport à leur précédent cours de clôture.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer