L'or monte grâce au dollar faible et à l'Ukraine

L'or a grimpé cette semaine, porté par un regain de tensions en Ukraine et la... (Photo Yuya Shino, Reuters)

Agrandir

Photo Yuya Shino, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jessica BERTHEREAU
Agence France-Presse

L'or a grimpé cette semaine, porté par un regain de tensions en Ukraine et la faiblesse du dollar, qui a été plombé par les minutes de la dernière réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed).

«La publication des minutes de la dernière réunion du FOMC (Comité de politique monétaire de la Fed) a soutenu les prix des métaux précieux quand il est devenu clair que la Fed est bien plus prudente qu'il semblait le mois dernier», ont expliqué les analystes de Commerzbank.

Le compte-rendu de la dernière réunion de la Fed, publié mercredi, a écarté toute remontée anticipée des taux d'intérêt, allant à l'encontre des propos tenus en mars à l'issue de cette réunion par la présidente de la Fed, Janet Yellen. Cette dernière avait alors déclaré que le relèvement des taux d'intérêt pourrait avoir lieu six mois après la fin du programme d'achats d'actifs de la Fed.

La publication des minutes a donc engendré un accès de faiblesse du dollar, le maintien d'une politique monétaire ultra-accommodante pesant sur la valeur du billet vert. Vendredi, la devise américaine a ainsi atteint un plus bas en trois semaines face à l'euro.

Les actifs libellés en dollars, dont les métaux précieux, ont donc été dopés, la faiblesse de la monnaie américaine les rendant plus attrayant pour les investisseurs munis d'autres devises.

L'or et l'argent ont ainsi atteint jeudi leur plus haut niveau depuis respectivement deux semaines et demi et trois semaines, à 1324,63 dollars l'once et 20,40 dollars l'once.

Le métal jaune, vu comme la valeur sûre de référence par de nombreux investisseurs, a également bénéficié «des inquiétudes sur la situation en Ukraine», ont ajouté les experts de Commerzbank.

Après le rattachement de la Crimée à la Russie le mois dernier, les tensions ont gagné l'Est de l'Ukraine, où des militants pro-russes occupent des bâtiments d'État stratégiques et demandent à Moscou de leur envoyer des troupes en renfort.

Les platinoïdes convoités par les investisseurs

Les cours du platine et du palladium ont également grimpé cette semaine, profitant de la faiblesse du dollar mais aussi «de fonds entrants dans des ETF» («exchange-traded fund») spécialisés dans les platinoïdes, a-t-on expliqué chez Commerzbank.

Les ETF sont des fonds d'investissement adossés à des stocks physiques de métal qui permettent aux investisseurs de bénéficier de l'évolution de l'actif concerné sans pour autant le détenir.

Le platine a ainsi atteint vendredi son plus haut niveau depuis trois semaines, à 1465,13 dollars l'once, tandis que le palladium est monté le même jour jusqu'à 808,70 dollars l'once, au maximum depuis août 2011.

Deux ETF spécialisés dans le palladium ont été lancé fin mars par Absa et Standard Bank, suscitant un grand intérêt chez les investisseurs.

Les platinoïdes continuaient par ailleurs d'être soutenus par la poursuite de la grève dans les mines de platine en Afrique du Sud, premier producteur mondial de platine et numéro deux pour le palladium.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer