Rio Tinto Alcan: un acquéreur potentiel pour une partie de l'usine

Une porte-parole de la multinationale, Claudine Gagnon, a... (Photo Rio Tinto Alcan)

Agrandir

Une porte-parole de la multinationale, Claudine Gagnon, a expliqué en entrevue que l'offre de Sotrem et Pluri-Capital, qui forment le consortium, était la plus avantageuse.

Photo Rio Tinto Alcan

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Les travailleurs du centre de coulée de l'usine Shawinigan de Rio Tinto Alcan pourraient conserver leur emploi bien plus longtemps que prévu puisque la multinationale a signé une entente d'exclusivité avec un consortium saguenéen intéressé à cette partie des installations.

Les activités d'électrolyse de cette usine de la Mauricie ont cessé en novembre dernier, mais Rio Tinto Alcan s'était engagé à maintenir celles du centre de coulée jusqu'au 31 décembre prochain afin de tenter de trouver un repreneur.

C'est finalement l'offre de Sotrem, une entreprise spécialisée dans la fabrication et la vente d'alliages d'aluminium, et Pluri-Capital, un fonds d'investissement, qui s'est avérée la plus intéressante.

L'entente d'exclusivité, dont la signature a été annoncée vendredi, est valide pour environ quatre mois, d'après ce qu'a indiqué un des représentants du consortium.

«Un certain type d'alliage (d'aluminium) est produit à Shawinigan et le repreneur est intéressé à continuer dans la même voie, a expliqué en entrevue une porte-parole de Rio Tinto Alcan, Claudine Gagnon. C'est important parce que ça nous rapproche de notre objectif.»

Le montant demandé par la multinationale pour le centre de coulée à Shawinigan demeure inconnu, mais le président de Sotrem, Michel Boudreault, semble le trouver raisonnable.

«À date c'est correct, on devrait être en mesure de s'entendre, a-t-il dit en entrevue. Peut-être que d'autres personnes pourraient se greffer au consortium si, par exemple, nous avons besoin de plus de capital.»

Même s'il y a eu des rencontres entre l'acheteur potentiel et Rio Tinto Alcan, le processus demeure encore dans une phase préliminaire.

«L'entente permettra aux membres du consortium d'approfondir leurs études ainsi que leurs analyses, a expliqué Mme Gagnon. Ils vont pouvoir se faire une meilleure idée sur le projet.»

Le consortium saguenéen estime également qu'il y a encore du travail à faire avant que les pourparlers entre les deux parties deviennent plus sérieux.

«Nous évaluons actuellement la qualité de l'équipement sur place ainsi que l'état des lieux, a expliqué le président de Sotrem. Nous regardons aussi les modèles d'affaires afin d'organiser la logistique.»

De plus, si Sotrem et Pluri-Capital mettent la main sur le centre de cuvée de l'usine Shawinigan, il sera de la responsabilité du consortium de s'entendre avec les employés sur place.

«Le repreneur devra s'entendre avec les employés, voir comment il veut organiser la division du travail, a souligné la porte-parole de Rio Tinto Alcan. C'est le repreneur qui aurait à négocier les terme d'une convention collective.»

Les membres du consortium intéressés par les installations de la multinationale à Shawinigan ont toutefois déjà pris les devants. «Nous regardons différents modèles d'affaires afin d'être capables d'organiser la logistique», a précisé M. Boudreault.

Confiant de voir la transaction se réaliser, le président de Sotrem pense déjà à une possible expansion à Shawinigan.

«Nous voulons conserver les emplois et la production de 35 000 tonnes de billettes d'aluminium, affirme M. Boudreault. C'est certain qu'on aimerait greffer d'autres activité ainsi que de grimper le volume de production.»

Ce dernier ignore toutefois ce qu'il adviendra de la partie de l'usine qui a cessé ses activités en novembre dernier. «Rio Tinto Alcan nous a déterminé un secteur dans l'usine, je ne sais pas ce qui se passe avec le reste», a précisé M. Boudreault.

Sotrem est spécialisée dans la transformation de l'aluminium depuis 25 ans, alors que Pluri-Capital est un regroupement d'entreprises manufacturières de divers secteurs qui génère un chiffre d'affaires annuel de 200 millions de dollars.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer