Adnane Bazizi, formateur

Adnane Bazizi, 36 ans, forme les futurs agents... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Adnane Bazizi, 36 ans, forme les futurs agents au service à la clientèle chez Symbiose Communication.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Marie Lambert-Chan
La Presse

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

Mon côté sociable m'a poussé à embrasser ce métier. J'aime travailler avec les gens, échanger avec eux. Mais être formateur, c'est bien plus que cela. C'est un dévouement personnel et professionnel au développement des compétences d'autrui.

En quoi consiste votre travail?

Je donne une formation d'une durée de 48 jours aux futurs agents au service à la clientèle chez Symbiose Communication. Ils apprennent par exemple à connaître les outils mis à leur disposition, à parler aux clients et à régler des situations difficiles au téléphone.

Qu'avez-vous fait comme études?

J'ai complété une licence en droit en 2003 dans mon pays d'origine, l'Algérie. Chez Symbiose Communication, j'ai fait deux formations, celle d'agent au service à la clientèle et celle de formateur.

Quel a été votre cheminement professionnel?

Après mes études, j'ai travaillé pendant trois ans comme juriste d'entreprise au sein d'une compagnie d'électricité en Algérie. Puis, j'ai été gestionnaire des marchés dans une banque pendant sept ans. Je suis arrivé au Québec en 2010 et j'ai été immédiatement recruté chez Symbiose à titre d'agent. Onze mois plus tard, j'ai été promu formateur.

Décrivez une journée typique de travail.

J'arrive vers 7h45. Je m'assure que mon matériel d'enseignement est fonctionnel et que la salle de cours est bien ordonnée, puis je prépare mon plan de cours et les activités de la journée. Je consulte aussi mes courriels. À 8h30, j'accueille les gens. On discute d'abord du déroulement de la journée, de mes attentes et des leurs. Je donne la formation prévue et la classe se termine à 17h. Après leur départ, je fais un petit bilan et je prépare le cours du lendemain.

Quel est votre plus grand défi?

Tout au long de la formation, les apprenants passent des examens. Mon défi consiste à ce que tous les réussissent.

Qu'aimez-vous le plus dans ce travail?

L'interaction avec les futurs agents. Ce sont des adultes qui ont tous acquis une certaine expérience avant d'arriver dans ma classe. Nos échanges sont toujours enrichissants.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

Être formateur est l'un des rares métiers où on ne s'arrête pas à une simple liste de tâches. On s'y investit corps et âme. Les gens ne sont pas conscients de l'investissement que cela exige.

Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

Il faut avoir du tact et de l'entregent, aimer travailler avec les gens, avoir une grande ouverture d'esprit, être à l'écoute des autres et faire preuve de rigueur.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer