Éric Dufresne, gérant principal, ingénierie

D'ingénieur de produits, Éric Dufresne a gravi les... (Photo Hugo-Sebastien Aubert, La Presse)

Agrandir

D'ingénieur de produits, Éric Dufresne a gravi les échelons pour devenir le gérant sénior ingénierie chez MEGA Brands.

Photo Hugo-Sebastien Aubert, La Presse

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

Je suis devenu ingénieur parce que j'ai toujours voulu savoir utiliser les sciences appliquées. Je suis une personne très concrète et terre à terre. Quant au plastique, je pourrais dire que je suis tombé dedans !

En quoi consiste votre travail ?

Je gère deux équipes d'ingénieurs : le groupe de la catégorie Préscolaire et celui de la catégorie Garçons & collectionneurs. Je supervise les opérations de développement technique de produits et de nouveaux projets dans le but d'améliorer le coût et la productivité.

Qu'avez-vous fait comme études ?

J'ai obtenu un DEC en sciences pures suivi d'un BAC en génie mécanique. Mon apprentissage dans le plastique, je l'ai fait au travail, par mes recherches et par déductions.

Quel a été votre cheminement professionnel ?

Mon premier emploi a été chez CCM, comme technicien de recherche en développement de produits. Le mécanisme d'un casque de plastique a été ma première validation. Chez MEGA Brands, j'ai gravi les échelons : je suis passé d'ingénieur de produits à superviseur d'ingénieurs de produits, pour ensuite devenir gérant d'ingénierie.

Décrivez une journée typique de travail.

8h30 : Je commence par lire mes courriels et voir s'il y a des situations problématiques avec les moules de Chine, dont je suis également responsable. 11h : Je rencontre mes superviseurs d'équipes d'ingénierie pour discuter des échéanciers et des problèmes plus épineux. 15h : Si une pièce ne satisfait pas aux normes de sécurité et se brise, on retourne voir les dessins et le moule pour s'assurer qu'ils ont été réalisés selon les plans et devis. Enfin, on apporte les modifications nécessaires.

Quel est votre plus grand défi ?

Fabriquer des produits de meilleure qualité à un moindre coût. Accroître notre expertise et utiliser les technologies de pointe pour ramener la production de la Chine au Canada.

Qu'aimez-vous le plus dans ce travail ?

De voir un jouet du début de sa conception jusqu'à sa mise en production. Évidemment, il y a aussi l'aspect ludique associé à l'industrie du jouet. En tant qu'ingénieur mécanique, j'aime mieux avoir un jouet de plastique sur mon bureau qu'un « bearing » graisseux !

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier ?

Les défis techniques dans la fabrication des jouets. Les gens croient que l'on joue à longueur de journée. Or, chaque pièce a ses particularités et son défi technique.

Quelles sont les qualités et aptitudes requises ?

De la rigueur, une bonne capacité de résolution de problèmes avec une démarche scientifique. Au poste que j'occupe, il faut être capable de gérer plusieurs projets à la fois et être doué pour le travail d'équipe.

-----------------

En chiffres

Perspectives d'emploi (2012-2016) : favorables

Personnes en emploi (2011) : 3500

Taux de chômage (2011) : faible

Demande de main-d'oeuvre (2011-2016) : modérée

Salaire horaire médian (2011-2013) : 34,60 $

Source : Emploi-Québec - Information sur le marché du travail




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer