Patrick Bérard, conseiller formateur en démarrage d'entreprise

Patrick Bérard est conseiller en gestion chez SAJE... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Patrick Bérard est conseiller en gestion chez SAJE Accompagnateur d'entrepreneurs.

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Didier Bert

Collaboration spéciale

La Presse

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

J'ai toujours été intéressé par la création d'entreprises, soit comme entrepreneur, soit comme accompagnateur. J'ai découvert une carrière fabuleuse dans ce métier.

En quoi consiste votre travail?

J'accompagne les entrepreneurs, autant pour les coacher que pour les aider à rédiger leur plan d'affaires, ou pour leur donner des formations. J'effectue un suivi très intense la première année, puis je poursuis par du coaching.

Qu'avez-vous fait comme études?

J'ai fait un baccalauréat en marketing et entrepreneuriat à HEC Montréal. Auparavant, j'avais étudié en mathématiques à l'Université de Montréal, où je travaillais comme organisateur d'événements pour la Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal (FAECUM).

Quel a été votre cheminement professionnel?

Peu après mes études, je me suis lancé à mon compte en organisation d'événements. Mais la crise des années 90 est arrivée, et j'ai dû trouver un emploi salarié. J'ai gardé mon esprit développeur et j'ai rejoint l'association des ingénieurs-conseils du Québec (AICQ) comme conseiller aux entrepreneurs. Puis, atteint d'un cancer, j'ai arrêté de travailler durant deux ans, avant de reprendre des mandats de consultant marketing, jusqu'à rejoindre le SAJE en 2002.

Décrivez une journée typique de travail.

En arrivant le matin, je ne sais jamais de quoi la journée sera faite, sauf quand une formation est prévue. Je peux avoir des rendez-vous prévus, mais qui sont reportés en dernière minute parce que l'entrepreneur a une urgence. Les entrepreneurs m'appellent pour me demander mon point de vue sur un problème. Ils me partagent leurs interrogations et leurs réussites.

Quel est votre plus grand défi?

J'aimerais en donner beaucoup plus! Mais je dois rester à l'écoute. Je dois amener l'entrepreneur à se questionner et à apporter ses propres réponses... pas les miennes! C'est à lui de reconnaître ce qu'il fait de bien et ce qui est à améliorer.

Qu'aimez-vous le plus dans ce travail?

C'est un travail très valorisant quand on regarde les succès des dernières années. Des entrepreneurs deviennent des amis. Je fais partie de leur succès.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

Je n'ai pas à croire ou non aux projets. Je n'ai pas à donner mon opinion ou un quelconque jugement de valeur. Je dois faire prendre conscience à l'entrepreneur de ce qui lui permettra de réussir, par exemple son niveau d'expérience ou le potentiel de clients.

Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

Il faut être prêt à écouter et à se remettre en question. Il faut aussi être capable de déléguer quand quelqu'un est mieux placé que soi pour intervenir... et aller le chercher le plus rapidement possible!

+++

Salaire annuel: 50 000$

Personnes en emploi: 16 000

Perspectives d'emploi (2012-2017): favorables

Taux de chômage: faible

Demande de main-d'oeuvre (2011-2017): modérée

*Inclut l'ensemble des agents de développement économique




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer