Milène Asselin, infirmière de proximité

Milène Asselin est infirmière de proximité au CSSS... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Milène Asselin est infirmière de proximité au CSSS Jeanne-Mance et elle oeuvre auprès des utilisateurs de drogues à Cactus Montréal.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Martine Letarte

Collaboration spéciale

La Presse

Pourquoi avez-vous choisi cette profession?

«Elle est un passe-partout en santé: on peut travailler dans les écoles, les organismes communautaires, les hôpitaux, à domicile.»

En quoi consiste votre travail?

«Je suis dans l'équipe de services intégrés en dépistage et prévention (SIDEP) des infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS) du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Jeanne-Mance. Nous allons directement dans les organismes communautaires offrir des soins à une clientèle considérée comme vulnérable: utilisateurs de drogues par injection ou par inhalation, travailleurs du sexe, personnes en situation d'itinérance. Je suis chez Cactus.»

Qu'avez-vous fait comme études?

«Le diplôme d'études collégiales Soins infirmiers et je suis en train de terminer un baccalauréat en sciences par cumul de certificats.»

Quel a été votre cheminement professionnel?

«En terminant l'école, j'ai travaillé à l'Institut de cardiologie de Montréal en soins intensifs chirurgicaux, puis au printemps, j'ai voulu expérimenter le communautaire et je suis venue dans l'équipe de SIDEP.»

Décrivez une journée typique de travail.

«Je commence à 13 h dans mon bureau du CLSC pour régler des urgences, trier les résultats de laboratoire, appeler les patients, écrire des notes aux dossiers et me former. À 17h, je vais chez Cactus faire de la clinique jusqu'à 21h. Je fais notamment des tests de dépistage des ITSS, de la prévention, des soins de première ligne, des évaluations de la condition physique, mentale et psychosociale des patients. Je peux ensuite les orienter vers des services. Je travaille en collaboration avec les travailleurs de rue.»

Quel est votre plus grand défi?

«Établir rapidement un lien de confiance solide avec la personne pour qu'elle s'ouvre et que je puisse l'informer et évaluer sa situation. Je pose souvent des questions délicates.»

Qu'aimez-vous le plus dans ce travail?

«Travailler dans un milieu aussi atypique en réduction des méfaits; nous prenons la personne là où elle est dans son cheminement et nous l'accompagnons sans la juger.»

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre profession?

«La clientèle de Cactus n'a pas un visage type: nous voyons toutes sortes de personnes. Et Cactus ne fait pas seulement de l'échange de seringues. Des liens se créent, il y a des échanges conviviaux entre les intervenants et la clientèle.»

Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

«De l'ouverture d'esprit et du respect. On peut se sentir confronté dans ses valeurs, mais si on juge, la personne le sent et on perd la relation qu'on essaie d'établir. Ça prend aussi de l'autonomie et de la rigueur.»

Infirmière

Taux horaire depuis le 1er avril 2014

  • Premier échelon: 22,86$
  • Dernier échelon: 34,03$

Source: Nouvelles échelles salariales, incluant le PIB, Convention collective, mars 2011 - mars 2015, FIQ




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer