Le secteur de l'environnement en pleine effervescence

Les techniciens en restauration après sinistre, comme Olivier... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Les techniciens en restauration après sinistre, comme Olivier Dussault (notre photo), de Sinisco, sont très demandés.

Photo Martin Chamberland, La Presse

L'industrie verte continue sur sa lancée. Si le marché s'est stabilisé en 2013, on prévoit malgré tout une croissance de 4 à 5% cette année. Et les emplois ne se limitent pas à l'environnement, puisqu'il se fait du recrutement dans de nombreuses autres sphères de travail connexes.

Selon Dominique Dodier, directrice générale d'EnviroCompétences, le Comité sectoriel de main-d'oeuvre de l'environnement, le domaine se porte à merveille.

«Il n'y a pas de stagnation. La Stratégie maritime et la relance du Plan Nord annoncés par Québec de même que les nombreux projets à venir, comme le centre de recyclage de produits électroniques qui verra le jour en 2015 à Sorel-Tracy, contribuent à l'essor de l'industrie», précise-t-elle.

Les usines de biométhanisation à l'étude ou en construction auront besoin de main-d'oeuvre. «Les tendances mondiales poussent également les compagnies de la province à prendre le virage vert», souligne de son côté Hélène Lauzon, présidente du Conseil patronal de l'environnement du Québec.

«Les entreprises doivent trouver des solutions pour contrer les gaz à effet de serre. L'aéronautique se transforme, c'est la même chose pour le transport. De nouvelles technologies se développent aussi pour la gestion des matières résiduelles. C'est difficile de nommer quels secteurs se démarquent, ils sont tous dynamiques», ajoute Mme Lauzon.

«Les techniciens en restauration après sinistre, qui ont notamment été utiles à Lac-Mégantic, sont très demandés», constate Dominique Dodier.

Les chargés de projets environnementaux se font courtiser par les entreprises, tout comme les techniciens en assainissement de l'air. Le secteur de l'eau embauche aussi, notamment des opérateurs d'usines de traitement de l'eau potable. Des postes d'écoconseillers et d'éducateurs en environnement voient en outre le jour.

«L'âge moyen dans notre industrie est relativement jeune, et les plus vieux ont une belle expertise», estime Mme Dodier. La relève pourrait toutefois être un défi dans les années à venir, si toutes les entreprises, des mines au transport, recrutent des travailleurs en environnement.

----------------

Des formations foisonnantes en environnement

Gestion des matières résiduelles et dangereuses, traitement des sols et services-conseils: ceux qui veulent se diriger vers une carrière en environnement ont l'embarras du choix. Il existe plus de 100 métiers dans le domaine et une panoplie de formations.

DEP protection et exploitation des territoires fauniques

Le programme permet notamment d'acquérir les connaissances et les habiletés nécessaires pour patrouiller dans les régions désignées, faire observer et appliquer les règles de la chasse et de la pêche, assister les biologistes dans leurs travaux, exercer différents contrôles et inspections concernant la faune et surveiller l'exploitation des territoires.

Établissements d'enseignement offrant le programme:

> Centre de formation Harricana

> CFP en foresterie de l'Est-du-Québec

> CFP du Fleuve-et-des-Lacs

> École de foresterie et de technologie du bois de Duchesnay

> CFP Mont-Laurier

> École forestière de La Tuque

> CFP La Baie

> CFP Roberval

DEC techniques de bioécologie

Les domaines d'intervention du technicien en bioécologie sont variés, mais l'un des principaux est celui de la recherche. Intégré au sein d'une équipe multidisciplinaire, il travaille sous la supervision d'un chercheur. Il peut aussi travailler en aménagement et en éducation en milieu naturel.

La formation est offerte dans les écoles suivantes:

> Cégep de La Pocatière

> Cégep de Sainte-Foy

> Cégep de Saint-Laurent

> Cégep de Sherbrooke

> Collège Vanier

Baccalauréat en génie des eaux

Les diplômés auront les outils nécessaires pour prévenir la pollution et l'altération de l'environnement hydrique. La particularité du génie des eaux est son orientation marquée vers la gestion intégrée et durable de l'eau.

> Seule l'Université Laval offre ce programme.

Baccalauréat en géologie

La formation fournira aux diplômés les compétences nécessaires pour chercher des ressources minérales, des hydrocarbures, de l'énergie géothermique et des eaux souterraines et pour planifier leur exploitation, le tout dans une perspective de développement durable.

Les géologues pourront observer et décrire les phénomènes géologiques et leur évolution dans le temps et l'espace, et élaborer des modèles basés sur des méthodes quantitatives pour expliquer des données variées.

Établissements offrant la formation:

> Université Laval

> Université McGill

> Université du Québec à Chicoutimi

> Université du Québec à Montréal

------------------

L'INDUSTRIE EN BREF

4000

Nombre d'entreprises dans le secteur de l'environnement

55%

Pourcentage des entreprises qui ont 50 employés et moins

40,1%

Pourcentage des entreprises qui se concentrent dans la grande région de Montréal

60 600

Nombre d'employés au sein de l'industrie

41

Âge moyen des travailleurs

Hommes

La main-d'oeuvre est majoritairement masculine (entre 76% et 89% de la main-d'oeuvre selon le secteur).

Source: EnviroCompétences




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer