Industrie textile: fragile équilibre

Danielle Jutras, directrice générale par intérim du Comité... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Danielle Jutras, directrice générale par intérim du Comité sectoriel de main-d'oeuvre (CSMO) de l'industrie textile du Québec.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Haspeck

Collaboration spéciale

La Presse

L'industrie textile québécoise connaît une stabilité qui rend optimistes les acteurs du milieu. La compétitivité des pays asiatiques fragilise toutefois cet équilibre et pousse les PME d'ici à innover sans arrêt.

«Le secteur connaît une certaine stabilité après les fermetures d'entreprises survenues depuis 2011, reconnaît Danielle Jutras, directrice générale par intérim du Comité sectoriel de main-d'oeuvre (CSMO) de l'industrie textile du Québec. Le portrait du secteur a changé. Les grandes entreprises ont fait place à de plus petites.»

Au cours des dernières années, les grands acteurs ont fermé leurs portes ou ont réduit leurs effectifs, incapables de concurrencer la Chine, pour se concentrer dans la fabrication de produits de niche ou de textiles à valeur ajoutée. Les entreprises de 20 employés et plus représentent maintenant 25% du nombre total d'entreprises et embauchent 87% de la main-d'oeuvre. Plus de la moitié des entreprises (57%) ont moins de 10 employés.

Le taux annuel moyen de variation des ventes pour la période 2011-2013, même s'il est négatif (- 2,3%), est nettement meilleur que celui de la période 2008-2010 (- 10,9%). «Selon notre Diagnostic sectoriel, les gens de l'industrie sont de nature positive. Plus de la moitié prévoient une croissance de leur chiffre d'affaires au cours des trois prochaines années», signale Mme Jutras.

Parmi les grands enjeux de l'industrie: le recrutement de la main-d'oeuvre. «Les métiers traditionnels du textile ont presque disparu. Il existe une image négative du secteur qui est associée aux entreprises du vêtement au Bangladesh qui font travailler des enfants, estime-t-elle. Au Québec, pour ce qui est de notre industrie, on fabrique des vêtements de protection comme l'uniforme de pompier, des tissus performants comme des gilets pare-balles, des housses de bateaux ou du géotextile.»

Pour consulter le Diagnostic sectoriel provincial 2014: http://bit.ly/1rXfFO4

L'industrie en chiffres

432

Nombre d'entreprises qui sont des usines de produits textiles

10 749

Nombre d'emplois dans des usines de produits textiles

27,1%

Proportion des entreprises qui comptent entre 100 et 199 employés

1372

Estimation du nombre d'emplois pour les opérateurs de machines à coudre industrielles (couturières)

1,4 milliard

Total estimé des revenus de l'industrie textile québécoise en 2013, c'est-à-dire 41% du total des ventes de biens fabriqués pour l'ensemble du Canada.

40,5%

Le secteur d'activité des vêtements et chaussures est le plus important dans l'industrie textile québécoise.

37,6% et 29%

La région de Montréal est la plus importante pour le nombre d'entreprises et le nombre d'emplois dans l'industrie textile, suivie par la Montérégie (15,2% et 22%).

66,7%

Proportion des employeurs qui affirment avoir de la difficulté à recruter, en 2013, un mécanicien industriel.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer