Question pour un patron: les gestionnaires inspirants

«Peu importe leur domaine, les gestionnaires veulent tous... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

«Peu importe leur domaine, les gestionnaires veulent tous accroître leur impact et faire une différence. Ils cherchent seulement les outils pour y arriver», estime Isabelle Lord, présidente de Lord Communication managériale.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Emilie Laperrière

Collaboration spéciale

La Presse

Après avoir rencontré des dizaines de gestionnaires inspirants, La Presse laisse maintenant la parole aux grands dirigeants du Québec. Chaque semaine, un patron répondra à cinq questions posées par le chef d'entreprise interviewé la semaine précédente. Et ainsi de suite.

Pour lancer le bal, nous nous sommes entretenus avec Isabelle Lord, qui en connaît un rayon sur les patrons. La présidente de Lord Communication managériale, qui est coach professionnelle et formatrice spécialisée en communication de gestion, a aussi écrit le livre Gestionnaires inspirants: les 10 règles de communication des leaders. Elle planche en ce moment sur la suite, Le courage de dire, qui sortira ce mois-ci.

Q: Qu'ont en commun les gestionnaires inspirants?

R: Quatre caractéristiques communes représentent les patrons inspirants. D'abord, ils transmettent leurs connaissances sans s'imposer. Ils sont aussi conséquents et cohérents, comme dans l'expression walk the talk [que l'on pourrait traduire par la formule bien de chez nous: il faut que les bottines suivent les babines]. Ils n'ont pas le choix: les feux de la rampe sont braqués sur eux.

Ils doivent également être clairs: communiquer d'une façon intelligible, transmettre les idées en adaptant le message au besoin et répondre aux questions. Enfin, ils doivent avoir une capacité d'écoute avec un grand E. Ils doivent être disponibles, prêts à écouter les employés, avoir de l'empathie et corriger le tir au besoin.

Q: Est-ce que les hauts dirigeants ont intérêt à partager leurs astuces, à discuter entre eux?

R: Je crois que oui. Vous savez, on est bien seul au sommet. C'est donc encore plus important pour les dirigeants de s'entourer et de prendre du recul. Il y a d'ailleurs des activités de réseautage pour les patrons, qui leur permettent de discuter et d'échanger avec d'autres gestionnaires.

Par contre, je dirais que c'est encore plus important pour un PDG de regarder à l'intérieur de son entreprise. C'est capital d'observer les décisions que l'on a prises, de s'interroger. C'est aussi essentiel d'être visible, de connaître les employés et leurs préoccupations.

Pour une heure de réseautage à l'externe, un patron devrait en passer trois à l'interne.

Q: Quel est le plus grand défi d'un patron?

R: Un des grands défis, c'est d'être conscient des différentes parties prenantes, de s'adapter tout en gardant sa personnalité et ses valeurs. Créer des leaders est aussi un autre immense défi. Pour cela, il faut pouvoir les identifier, d'abord, puis les guider et être généreux. Être généreux de son temps, transmettre ses connaissances, les aider à grandir. Et d'un point de vue personnel, il faut pouvoir garder l'équilibre entre la vie familiale et le travail.

Q: Est-ce qu'un gestionnaire débutant peut être inspirant ou si cela vient seulement avec les années d'expérience ou encore avec le niveau hiérarchique?

R: Le point de départ, c'est de vouloir être inspirant. Si on veut l'être, on s'arrange pour le devenir. J'en ai vu, des jeunes qui l'ont.

L'intention est là, ils font des choix stratégiques et ils sont plus vigilants. Ça ne vient toutefois pas toujours naturellement. Sinon, ça s'apprend. La clé, c'est la communication.

Q: Chez les gestionnaires que vous rencontrez, y a-t-il un point commun que la plupart aimeraient changer ou améliorer?

R: J'ai rencontré environ 6000 gestionnaires lors de mes conférences et formations, et ils ont effectivement un point en commun. Peu importe leur domaine, ils veulent tous accroître leur impact (sur leur entreprise, sur les employés, sur le conseil d'administration, etc.) et faire une différence. Ils cherchent seulement les outils pour y arriver.

À lire la semaine prochaine: la présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Monique F. Leroux, répond aux cinq questions posées par Isabelle Lord.

Études: Isabelle Lord a étudié en administration à l'Université McGill et a fait un DESS en organisation-ressources humaines à Paris 1-Sorbonne.

Le parcours d'Isabelle Lord en bref

> Études: Isabelle Lord a étudié en administration à l'Université McGill et a fait un DESS en organisation-ressources humaines à Paris 1-Sorbonne.

> À son compte depuis juillet 2008.

> Avant de fonder Lord Communication managériale, elle a été directrice, affaires corporatives à Hydro-Québec et chef de la pratique communication chez Hewitt Associates. Elle a également occupé le poste de directrice principale, communication organisationnelle à la Banque Nationale du Canada pendant 10 ans.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer