Portrait: Nicolas Giroux, opérateur de presse plieuse à commande numérique

Nicolas Giroux aime la créativité que lui demande... (Photo Yanick Poisson, La Tribune)

Agrandir

Nicolas Giroux aime la créativité que lui demande son métier d'opérateur de presse plieuse à commande numérique.

Photo Yanick Poisson, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Haspeck
La Presse

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

À la suite d'une visite à l'école des métiers lorsque j'étais à l'école secondaire, j'ai été attiré par le volet dessin du métier et par le parcours plus court pour accéder au marché du travail.

En quoi consiste votre travail?

À l'aide d'un plan de production, je prends une pièce en métal déployé, de l'acier inoxydable ou de l'aluminium, je dessine la pièce en deux dimensions sur l'ordinateur de la plieuse à commande numérique et j'installe les matrices et les poinçons pour plier la pièce selon les exigences indiquées sur le plan.

Qu'avez-vous fait comme études?

J'ai fait un diplôme d'études professionnelles (DEP) en ferblanterie-tôlerie au centre de formation professionnelle Le Tremplin à Thetford Mines.

Quel a été votre cheminement professionnel?

À la sortie de mon DEP, j'ai travaillé trois mois dans une entreprise de fabrication de conduits de ventilation avant d'être embauché chez EPP Metal qui se spécialise dans la fabrication de produits métalliques en série. Depuis, j'ai occupé les postes de plieur, chef d'équipe, contremaître de soir et maintenant je suis à la fois plieur, superviseur qualité et contremaître de jour.

Décrivez une journée typique de travail.

Chaque matin, je fais le tour de l'usine pour voir l'avancement du travail du quart du soir et je partage ensuite les tâches entre les employés. Je fais la programmation des nouvelles pièces les plus complexes, j'installe l'outillage et je les produis. Je vérifie si les pièces fabriquées sont conformes aux tolérances demandées par nos clients.

Quel est votre plus grand défi?

Le plus grand défi consiste à continuer de se tenir à jour sur les nouvelles technologies avec de la formation et des visites d'usine pour aller voir les nouveaux équipements.

Qu'aimez-vous le plus dans ce travail?

Il y a toujours des pièces plus compliquées à fabriquer auxquelles il faut trouver une solution. Ça demande de la créativité et c'est ce qui me motive.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

Les gens pensent que pour faire fonctionner une presse, on n'a qu'à peser sur une pédale pour faire plier une pièce. Ça demande beaucoup de calculs mentaux et une vision en trois dimensions. Ça l'air simple, mais le métier est jugé plus facile que ce l'est en réalité.

Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

Il faut être minutieux, concentré, calme et avoir confiance en soi pour faire fonctionner une machine complexe.

Perspectives d'emploi (2012-2016): restreintes

Taux de chômage (2011): élevé

Demande de main-d'oeuvre (2011-2016): modéré

Salaire annuel moyen (2011): 35 363$

Sources: Emploi-Québec - Information sur le marché du travail et Perform, Comité sectoriel de la main-d'oeuvre dans la fabrication métallique industrielle.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer